Sports

Wilmer Cabrera est l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal… pour l’instant

Wilmer Cabrera est l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal… pour l’instant
Photo: Photo by Azael Rodriguez/Getty ImagesWilmer Cabrera

MONTRÉAL — Lorsqu’il s’est adressé aux journalistes pour la toute première fois jeudi midi, Wilmer Cabrera leur a dit «Bonjour», en français, et a fait part de son intention d’apprendre la langue de Molière… même si son avenir à moyen ou long terme à Montréal est plutôt incertain.

Cabrera, qui dirigeait le Dynamo de Houston jusqu’à la semaine dernière, a accepté de prendre la relève de Rémi Garde sans assurance qu’il sera encore en place lorsque s’amorcera le calendrier régulier de 2020.

Le président Kevin Gilmore a fait en sorte de maintenir un certain mystère quant au statut du nouvel entraîneur en se limitant à dire que Cabrera était «l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal en ce moment».

La durée de son séjour avec l’Impact dépendra vraisemblablement du nouveau directeur sportif, un poste que Gilmore veut combler cette année.

Quoi qu’il en soit, le Colombien de 51 ans semblait bien à l’aise face à pareille situation.

«En ce moment, l’important n’est pas d’être lié (par contrat) parce que hier, il y avait un entraîneur qui était lié à l’équipe et qui a été limogé. J’étais lié au Dynamo de Houston et un jour, les propriétaires m’ont dit ‘Tu sais, Wilmer, nous avons perdu quatre matchs et nous allons dans une nouvelle direction’», a déclaré Cabrera après avoir dirigé son premier entraînement avec ses nouveaux joueurs.

«C’est correct, c’est quelque chose que nous devons accepter. Ce qui importe, ce ne sont pas les entraîneurs, ce sont les joueurs. Nous sommes ici pour essayer de rendre les joueurs meilleurs. C’est mon travail ici. Je l’ai compris et c’est pour ça que je suis ici.»

Même s’il dirigeait une formation de l’Association Ouest, Cabrera est bien au courant des récents problèmes qui ont affligé l’Impact. Globalement, son but est d’être un outil pour ses nouveaux joueurs, même s’il sait qu’il a peu de temps pour le faire.

«Ce ne sera pas facile. Nous avons des matchs samedi, mercredi et samedi pour implanter des choses. J’ai remarqué que l’équipe a concédé beaucoup de buts en phases arrêtées, et aujourd’hui, il semble que c’est la première fois que nous les pratiquions. C’est un ajustement qui est important et ce que nous voulons, c’est de voir les joueurs ajuster quelques détails. Nous, les entraîneurs, sommes des outils pour qu’ils réussissent.»

Cabrera a guidé le Dynamo en finale de l’Association Ouest lors des séries éliminatoires en 2017, puis a mené l’équipe à la Coupe des États-Unis Lamar-Hunt en 2018.

En MLS, il a également été entraîneur-chef du Chivas USA lors de la dernière saison de son histoire, en 2014, et entraîneur adjoint des Rapids du Colorado en 2012 et 2013.

C’est ce bagage qui a incité Gilmore à faire appel à Cabrera.

«Quand j’ai pris la décision de faire un changement, on a regardé s’il y avait quelqu’un qui pourrait rentrer ici avec de l’expérience d’entraîneur dans la MLS. Ça adonne que l’expérience de Wilmer était très récente, a dit Gilmore. Sur neuf matchs, on n’a pas vraiment une période d’adaptation. Donc, c’est important pour nous d’aller chercher un entraîneur qui pouvait entrer et comme on dit en anglais, ‘hit the ground running’ (être immédiatement opérationnel).»

Quant à l’ajout de Patrice Bernier, Gilmore est d’avis qu’il aura une influence positive sur l’équipe d’ici la fin du calendrier.

«Patrice est important parce qu’il connaît les joueurs, l’équipe, l’organisation. Les joueurs le connaissent, il possède de l’expérience à titre d’entraîneur au niveau de l’Académie – je ne dis pas qu’il a de l’expérience en MLS – et il génère beaucoup de respect. Aussi, il est un élément important de notre identité, dans le passé et dans le futur.»

Joueurs surpris

Du côté des joueurs, il semble qu’on n’avait pas vu venir le coup, du moins selon ce qu’a indiqué Evan Bush.

«Je pense que nous avons tous été un peu surpris quand la nouvelle est sortie hier, a dit le gardien de l’Impact. Dans cette business, dans cette industrie, ce sont des choses qui arrivent et ce n’est jamais facile. J’avais un très grand respect pour les gars qui ne sont plus avec nous. Ils étaient de bonnes personnes. Malheureusement, la décision a été prise. Les dirigeants de l’équipe croyaient qu’il fallait aller dans une nouvelle direction et c’est de cette façon qu’ils ont décidé de s’y prendre.»

Comme c’est souvent le cas dans pareilles situations, Bush a rappelé que les joueurs devaient assumer leur part de responsabilités.

«Ça ne relève certainement pas de ces trois personnes seulement, a-t-il dit en parlant de Garde, de Robert Duverne et Joël Bats. Chacun de nous dans le vestiaire devons en accepter le fardeau. Espérons que nous pourrons nous rallier autour de Wilmer et faire quelque chose de ce qui nous reste: sept matchs de ligue, la finale du Championnat canadien et beaucoup de choses que nous pouvons encore accomplir.»

Michel Lamarche, La Presse canadienne