Sports

L’ex-spécialiste de saut à ski Roglic fait figure de favori à la Vuelta

L’ex-spécialiste de saut à ski Roglic fait figure de favori à la Vuelta
Photo: Alessandro Di Meo/ANSA via AP, FilePrimoz Roglic, à gauche

BARCELONE, Espagne — En l’absence de plusieurs grands noms du cyclisme, la Vuelta espagnole semble être une bonne occasion pour des coureurs moins connus, mais talentueux comme Primoz Roglic de remporter un Grand Tour.

Le Slovène de 29 ans, qui a fait la transition du saut à ski au cyclisme en 2012, excelle dans les épreuves de contre-la-montre et a prouvé qu’il pouvait se défendre en montagne, ce dont il aura besoin pendant la course espagnole avec ses multiples ascensions exigeantes.

Roglic a terminé quatrième du Tour de France 2018 et troisième du Giro d’Italie en juin, où il a également remporté deux étapes. Il devrait être bien reposé après avoir fait l’impasse sur la Grande Boucle cette année en juillet.

«Terminer sur le podium d’un Grand Tour, c’est bien, mais je l’ai déjà fait au Giro, alors je veux gagner ici, a affirmé Roglic. Je vais tout essayer pour le gagner.»

La course de 21 jours commence samedi avec un contre-la-montre par équipes à Torrevieja, sur la côte sud-est.

Le gagnant de l’an dernier, Simon Yates, ne défend pas son titre. Ineos, la redoutable équipe anciennement connue sous le nom de Sky, mise sur une formation plus faible qui ne comprend pas le vainqueur du Tour, Egan Bernal, Geraint Thomas ou le double champion de la Vuelta Chris Froome, blessé.

Richard Carapaz, vainqueur du Giro cette année, ainsi que Julian Alaphilippe, Tom Dumoulin, Vincenzo Nibali et Mikel Landa sont également absents.

Roglic joue le rôle de leader de son équipe Jumbo-Visma, où il sera épaulé par Steven Kruijswjik, qui a terminé troisième du Tour de France cette année.

«Je suis ici pour aider l’équipe à gagner la Vuelta, mais j’aimerais le faire moi-même bien sûr, a déclaré Kruijswjik. Primoz fait également partie des favoris et nous verrons à mi-chemin de la Vuelta.»

Nairo Quintana, vainqueur de la Vuelta 2016, a désigné Roglic comme le favori avant la course, surtout en raison du contre-la-montre individuel de la 10e étape, lorsque la course franchira la frontière française pour une escapade de 36 kilomètres entre Jurancon et Pau.

«C’est un coureur complet, meilleur que les autres au contre-la-montre, et avec une équipe contre laquelle nous aurons fort à faire pour arrêter, a précisé Quintana à propos de Roglic. Le contre-la-montre est long, mais nous devrons faire de notre mieux.»

Dernière course

Ce sera probablement la dernière course majeure de Quintana avec son équipe Movistar.

L’équipe et lui ont annoncé leur séparation l’année prochaine après huit saisons ensemble, qui incluent celles où Quintana a gagné la Vuelta, le Giro et terminé deux fois vice-champion du Tour de France, parmi d’autres succès, avant une baisse de régime ces deux dernières années.

«Je me sens bien et j’aimerais conclure cette association de la meilleure façon possible», a confié Quintana.

Le champion du monde Alejandro Valverde sera l’un des co-meneurs de Movistar. L’Espagnol, âgé de 39 ans, a remporté la Vuelta il y a 10 ans et ne peut être totalement ignoré.

Balayage sud-américain

En commençant par Quintana, le peloton comprend un groupe de Colombiens qui devraient tous être considérés comme des prétendants.

Si l’un d’entre eux se rend triomphalement à Madrid lors de la dernière étape du 15 septembre, il compléterait un balayage sud-américain des trois Grands Tours cette année. Carapaz, originaire de l’Équateur, a remporté le Giro et Bernal, un Colombien, a remporté le Tour de France.

Les autres principaux colombiens sont Miguel Angel Lopez chez Astana, Rigoberto Uran d’EF Education First et Esteban Chaves de Michelton-Scott.

«Ce serait une source de grande fierté de remporter la Vuelta et d’organiser une fête en Amérique latine», a souligné Quintana.

Carapaz devait disputer la Vuelta avec l’équipe Movistar, mais il a dû se retirer à cause d’une blessure à l’épaule.

Joseph Wilson, The Associated Press