Sports

Menés par l’as Max Scherzer, les Nationals battent les Cardinals 3-1

Menés par l’as Max Scherzer, les Nationals battent les Cardinals 3-1
Photo: AP Photo/Julio CortezDaniel Hudson

SAINT-LOUIS — Max Scherzer a utilisé sa force et sa puissance. Aníbal Sánchez s’était plutôt tourné vers la finesse et la maîtrise de ses tirs.

Les deux lanceurs ont été bien différents au monticule, mais ils ont offert le même résultat aux Nationals de Washington.

Scherzer a perdu son match sans point ni coup sûr en septième manche, mais les Nationals ont malgré tout battu les Cardinals de St. Louis 3-1, samedi, lors du deuxième match de la série de championnat de la Nationale.

«Nous voulions vraiment gagner à St. Louis, à expliquer Scherzer. C’est ce qui va arriver quand tu veux compétitionner et gagner.»

Après avoir donné un but sur balles à Kolten Wong, en première manche, et à Dexter Fowler, en sixième, Scherzer (2-0) a permis un simple dans la gauche à Paul Goldschmidt. Le droitier a toutefois mis fin à la septième en retirant Marcell Ozuna sur trois prises avant de forcer Yadier Molina à se compromettre dans un double jeu.

Selon l’Elias Sports Bureau, Scherzer, qui est natif de St. Louis, a amené cinq matchs sans point ni coup sûr au-delà de cinq manches en séries, ce qui constitue un record des Majeures. Il a alloué un coup sûr et deux buts sur balles en sept manches au monticule tout en retirant 11 adversaires au bâton.

Les Nationals ont pris les devants 2-0 dans cette série de championnat, la première à laquelle l’équipe participe depuis qu’elle a fait ses valises pour Washington. Le troisième affrontement se déroulera lundi soir, au Nationals Park. Stephen Strasburg aura la confiance du gérant Dave Martinez tandis que Jack Flaherty sera le partant des Cardinals.

Lors du premier duel de cette série, vendredi soir, les Nationals ont vu Sánchez perdre son match sans point ni coup sûr après deux retraits en huitième manche, mettant la table pour un gain de 2-0.

Lors des deux premières parties de la série de championnat de l’Américaine contre les Red Sox de Boston, en 2013, Sánchez et Scherzer avaient également amené un match sans point ni coup sûr au-delà de cinq manches. Ils portaient alors les couleurs des Tigers de Detroit.

«De la façon dont il est capable de changer sa vitesse et d’exécuter ses tirs, c’est vraiment de toute beauté de le regarder lancer et de l’avoir à mes côtés, a déclaré Scherzer à propos de Sánchez. De mon côté, je reste dans le moment présent. J’essaie simplement de rester dans mon match.»

Don Larsen, qui avait été parfait lors du cinquième duel de la Série mondiale de 1956, et Roy Halladay, lors des séries de sections de la Nationale en 2010, sont les seuls lanceurs de l’histoire du Baseball majeur à avoir réussi un match sans point ni coup sûr en éliminatoires.

Au bâton, les Nationals n’ont pas eu la vie facile face au grand droitier Adam Wainwright (0-1). Michael A. Taylor a donné les devants à son équipe grâce à une claque en solo en troisième manche, mais il a fallu attendre la huitième manche avant que l’équipe de Washington puisse se donner un plus grand coussin.

Après avoir donné un simple à Matt Adams et Trea Turner, Wainwright a offert une balle au goût d’Adam Eaton, qui a cogné un double de deux points le long de la ligne du champ droit.

Les Cardinals ont profité de la présence du releveur Sean Doolittle pour marquer leur seul point de la série, en fin de huitième manche. José Martínez a frappé un double d’un point, mais Patrick Corbin a mis fin à la menace. Daniel Hudson a fermé les livres en neuvième pour son troisième sauvetage des présentes séries.

«Ils ont un bon avantage en ce moment, a observé Wainwright. J’ai confiance en nos frappeurs et je crois qu’ils pourront accomplir de grandes choses à Washington.»

Wainwright a accordé trois points, sept coups sûrs et un but sur balles en sept manches et un tiers au monticule pour les Cardinals. Il a retiré 11 frappeurs sur des prises.

«C’est une bonne équipe, mais nous avons de très bons lanceurs, a insisté Taylor. Ils vont au monticule et ils exécutent bien leurs lancers.»

La Presse canadienne