Sports

Stalock stoppe 26 tirs et le Wild signe un jeu blanc de 2-0 contre les Sénateurs

Stalock stoppe 26 tirs et le Wild signe un jeu blanc de 2-0 contre les Sénateurs
Photo: Fred Chartrand/La Presse canadienneLe gardien du Wild du Minnesota Alex Stalock effectue un arrêt aux dépends d'Anthony Duclair des Sénateurs d'Ottawa.

OTTAWA — Le Wild du Minnesota a respecté son plan de match défensif, lundi après-midi, et c’est ce qui lui a permis de signer une première victoire cette saison.

Alex Stalock a bloqué les 26 rondelles auxquelles il a fait face pour enregistrer un sixième blanchissage en carrière et le Wild a vaincu les Sénateurs d’Ottawa 2-0, au Centre Canadian Tire.

«Je crois que la chose la plus importante s’est avérée notre dévouement à jouer défensivement en tant qu’équipe, a fait valoir l’entraîneur-chef du Wild, Bruce Boudreau. Lorsque la rondelle était dans notre zone, nous nous en emparions et nous orchestrions la relance. Nous avons alloué des occasions de marquer, mais ça va arriver contre des équipes de la LNH. Nous n’allons pas marquer cinq buts chaque soir alors il faut limiter nos adversaires à un ou deux buts maximum pour avoir du succès.»

Victor Rask et Zach Parisé, tous deux en troisième période, ont réussi les filets du Wild (1-4-0), seule formation qui n’avait toujours pas récolté de points au classement avant les matchs de lundi.

«Nous avions besoin de nous inscrire à la colonne des victoires et heureusement, c’est ce que nous avons accompli aujourd’hui, a expliqué Parisé. Nous savons que nous devrons disputer un match difficile contre les Maple Leafs de Toronto, mardi, mais il y a un sentiment de soulagement grâce à cette victoire.»

Dans la défaite, Craig Anderson a réalisé 34 arrêts pour les Sénateurs (1-4-0), qui ont complété leur premier long séjour à domicile avec un dossier de 1-3-0.

La formation d’Ottawa a été blanchie en cinq occasions en avantage numérique lors de cet affrontement et elle n’a toujours pas enfilé l’aiguille en 17 tentatives avec un joueur en plus cette saison.

Au dernier match, nous avons eu quelques occasions, a affirmé l’entraîneur-chef des Sénateurs, D.J. Smith. Aujourd’hui, je crois que nous avons simplement eu un bon avantage numérique. Il n’y a pas eu assez d’occasions vers le filet et nous n’avons pas assez travaillé pour récupérer les rondelles. Ça doit changer.»

Smith a indiqué que l’équipe allait possiblement changer d’effectifs sur l’avantage numérique afin de voir s’il peut y avoir un changement dans la dynamique de ses unités.

Les Sénateurs revenaient d’une victoire de 4-2 contre le Lightning de Tampa Bay, samedi soir, et ils espéraient bâtir sur cet élan.

«Nous avons obtenu de la confiance en raison de notre victoire, a dit Anderson. J’ai trouvé que nous jouions de la bonne façon en début de match. Nous avons eu des occasions en or, mais nous n’avons pas été en mesure de marquer.»

Pour le Wild, il s’agissait du premier d’une séquence de trois matchs à l’étranger. La troupe de Bruce Boudreau sera de passage au Centre Bell jeudi soir, après une escale à Toronto mardi soir.

C’est en milieu de troisième période que l’impasse au tableau indicateur s’est finalement dénouée. Rask s’est d’abord emparé d’une rondelle devenue libre dans le cercle de mise en jeu gauche. Il a ensuite décoché un tir des poignets qui s’est frayé un chemin au-dessus de l’épaule droite d’Anderson, dans le coin rapproché.

«J’espérais simplement que nous marquions ce premier but, a exprimé Boudreau. J’avais l’impression que peu importe l’équipe qui obtenait le premier but, avec les fiches que nous montrions, ç’aurait été difficile de venir de l’arrière.»

Parisé a scellé l’issue du match en marquant dans un filet désert, après que les Sénateurs eurent été incapables de capitaliser sur leur cinquième avantage numérique de la rencontre quelques instants plus tôt.

Les Sénateurs ont même retiré Anderson afin de profiter d’une supériorité de deux hommes, mais n’ont dirigé aucun tir sur Stalock.

Les Sénateurs ont eu de belles occasions de briser la glace en deuxième période, mais Stalock a réalisé de beaux arrêts pour protéger son blanchissage.

La Presse canadienne