Sports

Les Nationals auront patienté pendant six jours avant la Série mondiale

Les Nationals auront patienté pendant six jours avant la Série mondiale
Photo: Joe Robbins/Getty ImagesBrian Dozier des Nationals de Washington

WASHINGTON — Alors qu’il faisait une petite recherche en vue de la Série mondiale, le joueur de deuxième but des Nationals de Washington Brian Dozier est tombé sur certaines statistiques qui l’ont rassuré quant à la longue période de repos de son équipe.

«J’ai lu qu’en 12 occasions, des équipes qui avaient disposé de cinq jours ou plus de repos avant d’entamer la Série mondiale. Et vous voulez connaître leur fiche? 6-6, a souligné Dozier. Ce n’est donc pas un enjeu si important que ça.»

Le baseball est le sport d’endurance par excellence, car un match est suivi par un autre et un autre pendant six mois. En conséquence, ce genre de pause est plutôt inhabituel pour les Nationals: Ils n’ont pas disputé de rencontre depuis qu’ils ont balayé les Cardinals de St. Louis en série de championnat de la Ligue nationale mardi dernier — et ils devront patienter jusqu’à mardi prochain avant d’entreprendre la Série mondiale, loin de leur stade.

Leurs adversaires en Série mondiale auront beaucoup moins de répit: les Astros de Houston et les Yankees de New York s’affrontaient dans le cadre du match no 6 de la série de championnat de l’Américaine, samedi soir.

La bonne nouvelle pour les Nats, c’est que leurs lanceurs peuvent se reposer et qu’ils peuvent bâtir leur rotation comme ils le souhaitent. La mauvaise nouvelle, c’est que leurs frappeurs risquent de manquer de synchronisme lorsqu’ils se présenteront à la plaque en Série mondiale.

«La saison de baseball est plutôt inconfortable. Ton corps est constamment poussé à la limite, a expliqué le voltigeur de droite Adam Eaton. Et lorsque tu trouves le temps de souffler, alors il (ton corps) a tendance à se relâcher un peu.»

Il y a un an, Dozier avait atteint la Série mondiale avec les Dodgers de Los Angeles, qui avaient affronté les Red Sox de Boston — ces derniers disposaient de deux jours de congé supplémentaires par rapport aux Californiens. Et les Red Sox l’ont emporté.

Mais les neuf équipes championnes précédentes — neuf! —étaient celles qui avaient disposé de moins de temps de repos.

Pendant cette période, seules deux Séries mondiales ont opposé deux clubs séparés par plus de quatre jours de repos: les Tigers de Detroit de 2012 (qui comprenaient les artilleurs actuels des Nats Max Scherzer et Anibal Sanchez) ont frappé pour une moyenne collective de ,159 et ont été balayés par les Giants de San Francisco; les Phillies de Philadelphie de 2009 qui ont frappé pour une moyenne de ,227 et qui ont perdu en six matchs contre les Yankees.

Dozier ne s’en fait pas trop avec ça.

«Nous sommes tous des professionnels. Nous savons ce que ça prend. Nous nous échauffons chaque jour. Certains gars vont prendre part à un exercice au bâton, d’autres pas — c’est ta décision, a-t-il évoqué, avant de sourire. Nous n’avons plus 16 ans. Certains gars ont 42 ans ici, et ils connaissent le refrain.»

Howard Fendrich, The Associated Press