Sports

Les Alouettes devront stopper Harris et éviter le front défensif des Eskimos

Les Alouettes devront stopper Harris et éviter le front défensif des Eskimos
Photo: Jason Franson/La Presse CanadienneMike Moore

MONTRÉAL — Les Alouettes de Montréal accueilleront dimanche les Eskimos d’Edmonton, qui ont profité de la règle du croisement pour venir disputer la demi-finale de l’Est au stade Percival-Molson de l’Université McGill.

La formation de Khari Jones a conclu la saison avec un dossier de 10-8 — une première fiche positive depuis 2012 — en plus d’accéder aux matchs éliminatoires de la Ligue canadienne de football pour la première fois depuis 2014.

Les Eskimos, dirigés par Jason Maas, ont terminé la saison 2019 avec une fiche déficitaire de 8-10, s’inclinant à leurs deux dernières sorties et dans trois de leurs quatre dernières. Seules les médiocres prestations des Argonauts de Toronto (4-14) et du Rouge et Noir d’Ottawa (3-15) leur ont permis d’accéder au tournoi automnal.

Les deux formations ont divisé les honneurs de leur série de deux rencontres en 2019, chaque équipe l’emportant sur sa pelouse. Leur dernier rendez-vous remonte toutefois au 20 juillet.

Voici un aperçu des forces en présence au sein des deux formations en vue de ce duel, qui sera présenté à compter de 13h.

Attaque

L’attaque des Eskimos est menée par le quart Trevor Harris, qui a eu le don de connaître de très bons matchs face aux Alouettes au cours de sa carrière.

Il a signé huit victoires en 11 décisions sur 17 sorties. Au cours de ces matchs, il a amassé 3615 verges de gains sur 300 passes complétées en 423 tentatives, soit un pourcentage d’efficacité de 70,9. Il a lancé 19 passes de touché contre sept interceptions. Sept fois, il a obtenu plus de 300 verges de gains aériens, dont deux matchs de plus de 440 verges.

Même s’il n’a pris part qu’à 13 matchs en 2019, Harris a tout de même terminé au premier rang pour les passes complétées (343) et deuxième pour les verges, avec 4027. Il a lancé 16 passes de touché contre six interceptions.

Ses cibles de prédilection ont été Greg Ellingson et Ricky Collins, qui ont tous deux amassé plus de 1100 verges par la passe. Au sol C.J. Gable a récolté 1001 verges et deux touchés en 205 courses.

Du côté des Alouettes, 2019 a été l’année de l’éclosion de Vernon Adams fils. Le quart, joueur par excellence des Oiseaux, a terminé quatrième avec 3942 verges de gains aériens et deuxième avec 24 touchés par la passe, en plus d’en ajouter 12 au sol pour terminer à égalité au premier rang du circuit Ambrosie.

Eugene Lewis est le receveur no 1 du club avec 1133 verges de gains aériens, suivi de Quan Bray (818) et de DeVier Posey (780).

Au sol, les Alouettes comptent sur l’excellent William Stanback, troisième de la LCF avec 1048 verges, auxquelles il faut ajouter les 532 amassées par Jeremiah Johnson.

Les Alouettes ont inscrit 479 points, le cinquième plus haut total de la LCF, contre 406 pour les Eskimos (septièmes).

Défense

Les Eskimos comptent peut-être sur la meilleure défense contre le jeu aérien, comme en font foi leurs 56 sacs, le plus haut total de la LCF, à égalité avec les Roughriders de la Saskatchewan.

Mike Moore a mené la charge avec neuf, suivi par Almondo Sewell et Kwaku Boateng, avec huit chacun. Don Unamba a rejoint les quarts adverses en six occasions, même s’il n’a disputé que 12 rencontres.

Bien que la défense des Alouettes n’ait pas mal joué cette saison, elle ne figure pas parmi les meilleures de la LCF. Elle vient au dernier rang du circuit pour les sacs (27), les échappés provoqués (12) et les passes rabattues (38). Par ailleurs, elle se classe sixième pour les interceptions (16), seule catégorie où les Alouettes ont été meilleurs que les Eskimos, qui n’en ont réussi que 15.

Par ailleurs, les Eskimos viennent au troisième rang avec 400 points accordés, contre 485 pour les Oiseaux.

Unités spéciales

Au sein des unités spéciales, les Alouettes ont l’avantage, notamment grâce à la puissante jambe droite de Boris Bede.

L’équipe vient au premier rang pour la moyenne de verges sur les bottés d’envoi (69,5), et troisième sur les dégagements (44,6). La troupe montréalaise a aussi mené la ligue sur les retours de botté de dégagement (12,5 verges). Un seul bémol: les retours de bottés d’envoi, où elle vient bonne dernière à 18,5 verges, mais les Eskimos ont à peine fait mieux, avec 19,4.

Mario Alford (deux) et Shakir Ryan (un) ont inscrit trois touchés sur des retours de bottés au cours des dernières semaines. Les Eskimos n’en ont pas réussi en 2019.

Si l’on doit se fier aux preneurs aux livres, le duel de dimanche devrait être serré: jeudi, les Alouettes étaient favoris par 1,5 point seulement. 

Frédéric Daigle, La Presse canadienne