Sports

Les Eskimos sont préoccupés par les qualités athlétiques de Vernon Adams fils

Les Eskimos sont préoccupés par les qualités athlétiques de Vernon Adams fils
Photo: Mike Carlson/Getty ImagesVernon Adams Jr.

EDMONTON — Les Eskimos d’Edmonton pourront compter sur un quart en santé et reposé en Trevor Harris lors de la demi-finale de la section Est de la Ligue canadienne de football, dimanche à Montréal. Toutefois, leur destin pourrait bien reposer sur leur capacité à contenir Vernon Adams fils, l’athlétique quart des Alouettes.

Le demi défensif Josh Johnson, des Eskimos, croit que la meilleure façon de gagner est d’empêcher Adams de se servir de ses jambes.

«Il excelle quand vient le temps de sortir de la pochette protectrice», a affirmé Johnson, après la séance d’entraînement des Eskimos, jeudi, au stade Commonwealth.

«Et il aime quand même lancer le ballon une fois qu’il est en mouvement. Ça accentue la menace qu’il représente, a-t-il aussi fait remarquer. La chose la plus importante, c’est de l’empêcher de se déplacer, de le forcer à demeurer à l’intérieur de la pochette protectrice et de l’obliger à être plus précis dans ses passes.»

Adams est sorti de l’ombre en 2019. Le quart de 26 ans a orchestré quatre remontées victorieuses au quatrième quart cette saison, aidant les Alouettes à inscrire un dossier de 10-8 et à se qualifier pour les séries éliminatoires.

À sa quatrième saison dans la LCF, Adams peut gagner des matchs avec son bras, comme le témoignent ses gains de 3942 verges par la voie des airs et 24 passes de touchés, et avec ses jambes, grâce auxquelles il a amassé 394 verges et marqué 12 majeurs.

Selon Jason Maas, l’entraîneur-chef des Eskimos, il est impossible de stopper Adams, seulement le contenir.

«Je ne sais pas si on peut le tenir complètement en échec. C’est comme avec n’importe quel quart. Vous pouvez le déranger que ce soit par la couverture défensive, par la stratégie, par le fait de se rendre jusqu’à lui et de le frapper», a décrit Maas.

Pour les Eskimos, la clé de la réussite passe aussi par un Harris en santé.

Le vétéran de huit saisons dans la LCF n’a participé qu’à un seul match depuis le début de septembre, alors qu’il tentait de se remettre d’une agaçante blessure au bras droit. Jusque-là, il menait la ligue au chapitre des statistiques par la passe, incluant une proportion de 14 touchés pour trois interceptions.

Harris a plusieurs fois affirmé que son bras est rétabli et que le temps est venu de bâtir l’attaque. Une attaque qui a connu de bons moments mais aussi des ratés à proximité de la zone des buts.

«Nous avons réussi à accumuler les verges (une moyenne de 293,7 par match). Il nous faut accumuler les points, aussi, a fait remarquer Harris. Nous allons aller là-bas et foncer.»

Les vainqueurs se rendront à Hamilton, le dimanche 17 novembre, pour la finale de l’Est.

Dean Bennett, La Presse canadienne