Sports
08:00 17 novembre 2019

«Nous devons être plus intelligents et retenir la leçon», dit Gallagher

«Nous devons être plus intelligents et retenir la leçon», dit Gallagher
Photo: Graham Hughes/La Presse canadienneKeith Kinkaid des Canadiens de Montréal

MONTRÉAL — En l’espace d’un peu plus de 24 heures, le Canadien est passé du ciel à l’enfer au cours du week-end. Tout ça, deux jours après que Marc Bergevin eut exprimé un désir de voir la formation montréalaise faire preuve de plus de constance dans ses performances.

Le Canadien s’est d’abord payé les Capitals de Washington, qui trônaient au classement général de la LNH en jouant du hockey dynamique. Il a ensuite vu plusieurs de ses défauts refaire surface dans une défaite en prolongation face aux Devils du New Jersey, derniers dans la section Métropolitaine.

Oui, les arbitres se sont insérés dans l’histoire du match lors de la troisième période samedi, mais le Tricolore s’était déjà tiré dans le pied en accordant deux buts dans la dernière minute de la première et de la deuxième période.

Les Devils ont aussi inscrit deux buts en avantage numérique et un autre en infériorité numérique, annulant d’une certaine manière le but du Tricolore marqué avec deux hommes en plus.

Après 20 matchs cette saison, le Canadien a accordé 61 buts. Sur ce nombre, l’adversaire en a marqué 18 en avantage numérique, soit 29,5 pour cent de ses buts. Le Tricolore a aussi cédé 11 fois dans la dernière minute d’une période, soit sur 18 pour cent de ses buts contre.

L’entraîneur-chef Claude Julien a été succinct dans ses commentaires après la défaite face aux Devils. Il s’est toutefois délié la langue quand il a été questionné à savoir si les buts en fin de période pouvaient être liés à un manque de concentration.

Julien a noté que ses joueurs devaient prendre de meilleures décisions, particulièrement quand ils sont fatigués.

«Nous n’avons pas joué de manière suffisamment intelligente, a renchéri l’attaquant Brendan Gallagher. Chacun des buts accordés était le résultat d’une erreur de notre part. Vous ne pouvez pas gagner de cette manière.

«Nous devons être plus intelligents et retenir la leçon.»

Lors de son bilan à l’approche du quart de la saison, Bergevin avait aussi souligné l’importance de réduire la charge de travail de Carey Price en accordant un peu plus fréquemment des départs à son auxiliaire Keith Kinkaid.

Le gardien américain a peut-être connu la meilleure de ses quatre sorties de la campagne face aux Devils, alors qu’il n’y pouvait pas grand-chose sur chacun des buts qu’il a accordés.

«Mon travail est d’aider l’équipe à obtenir deux points. Nous ne l’avons pas fait», a noté Kinkaid, refusant de voir le verre à moitié plein.

«C’est étrange. Lors de mes deux meilleurs matchs, nous avons obtenu un seul point. Mais nous en avons obtenu deux lors du match où j’étais le moins à l’aise.»

Quinze jours s’étaient écoulés entre les deux derniers départs de Kinkaid. Ses quatre sorties cette saison ont eu lieu quand le Tricolore jouait deux matchs en autant de soirs.

Le Canadien vivra à nouveau cette situation cette semaine. Il rendra visite aux Blue Jackets de Columbus mardi, avant d’accueillir les Sénateurs d’Ottawa mercredi.

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse canadienne