Sports
11:51 18 novembre 2019

Jonathan Drouin et Paul Byron opérés, rateront plusieurs semaines d’action

Jonathan Drouin et Paul Byron opérés, rateront plusieurs semaines d’action
Photo: Nick Wass/Ap PhotoJonathan Drouin

BROSSARD, Qc — Les attaquants Jonathan Drouin et Paul Byron, du Canadien de Montréal, rateront plusieurs semaines d’activités après avoir subi des opérations respectivement à un poignet et à un genou.

Drouin est passé sous le bistouri lundi, tandis que Byron sera opéré mardi.

«Les deux seront absents pour une certaine durée. Nous en saurons plus après les opérations», a indiqué l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, avant d’admettre qu’on parlait en semaines et non en jours.

L’agent de Drouin a révélé sur les réseaux sociaux, en après-midi, que son client s’absenterait pendant environ huit semaines.

Drouin, qui est âgé de 24 ans, connaissait un bon début de saison avec une récolte de sept buts et huit aides en 19 rencontres. Il se serait blessé pendant la troisième période du match de vendredi dernier, quand le Canadien a vaincu les Capitals de Washington 5-2.

«Honnêtement, il est l’un de nos meilleurs joueurs, a rappelé l’attaquant Max Domi. Il va nous manquer. C’est une pilule difficile à avaler, mais ça ouvre la porte à d’autres joueurs.

«Nous avons de la profondeur au sein de l’équipe et des joueurs peuvent en profiter pour démontrer des choses. Ce n’est pas la situation idéale, mais ce n’est pas la fin du monde non plus. Ça fait partie du hockey.»

Byron s’est aussi blessé face aux Capitals. L’attaquant âgé de 30 ans a amassé un but et trois aides en 19 matchs cette saison.

En leur absence, samedi contre les Devils du New Jersey, Jesperi Kotkaniemi, enfin remis d’une blessure à l’aine, et Charles Hudon, rappelé du Rocket de Laval, ont été insérés dans la formation. Julien a donc remanié ses trios.

Nick Suzuki s’est notamment retrouvé au centre du deuxième trio, avec Domi et Joel Armia comme ailiers. C’était la première fois que Domi jouait à l’aile depuis son acquisition par le Tricolore au cours de l’été 2018.

Après avoir amassé 10 points en autant de matchs en début de campagne, Domi a été limité à un but et deux aides lors des 10 rencontres suivantes. Son efficacité de 43,9 pour cent dans le cercle des mises en jeu explique peut-être aussi la décision de Julien, même si Suzuki ne fait pas tellement mieux avec une efficacité de 45,1 pour cent.

«Suzuki est droitier, Armia est droitier, Domi est gaucher. Domi a joué la majorité de son hockey à l’aile. Ce n’est pas nouveau pour lui, a rappelé Julien. Si nous voulons mettre les bons joueurs ensemble, c’était ce que nous devions faire.»

De son côté, Domi a été succinct dans ses commentaires.

«C’est un changement. C’est comme ça. Je vais jouer à l’aile. Je dois m’ajuster», a-t-il simplement affirmé.

Une autre promotion pour Suzuki

L’arrivée de Suzuki au centre du deuxième trio représente toutefois un autre vote de confiance de Julien envers l’attaquant âgé de 20 ans.

«Il progresse et nous lui donnons l’occasion de le faire, a dit Julien. Mais personne ne nous garantit qu’il va être capable de bien gérer ces nouvelles responsabilités, ce temps de glace ou d’affronter de meilleurs éléments.

«Nous y allons toujours de semaine en semaine. Un jeune joueur va connaître des hauts et des bas pendant une saison. C’est bien de garder l’oeil ouvert et d’être prêt à s’ajuster en conséquence.»

Suzuki a amassé au moins un point à ses trois dernières sorties. Il totalise maintenant cinq buts et quatre aides cette saison. Il gravit les échelons rapidement à sa première campagne dans la LNH.

«J’avais espoir d’être capable de produire offensivement à mon arrivée dans la LNH, a dit Suzuki. Je veux simplement profiter des occasions qui se présentent à moi. Je me retrouve au centre de deux excellents joueurs. C’est bien.»

Suzuki, qui est natif de London, en Ontario, a aussi admis que c’était toujours spécial de jouer avec Domi, qui a fait la pluie et le beau temps avec les Knights de London, dans la Ligue de l’Ontario.

«C’est encore un peu étrange de le côtoyer. Il a toujours été un de mes modèles comme joueur. C’est encore plus spécial de jouer avec lui», a reconnu Suzuki.

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse canadienne