Sports
09:00 18 janvier 2020

Packers et 49ers veulent faire oublier leur mauvaise saison en 2018

Packers et 49ers veulent faire oublier leur mauvaise saison en 2018
Photo: AP Photo/Tony AvelarGeorge Kittle, des 49ers de San Francisco (en rouge), tente de survivre à un plaqué d'Eric Wilson, des Vikings du Minnesota.

SANTA CLARA, Calif. — Les 49ers de San Francisco sont à une victoire de compléter un revirement qu’on a vu une seule fois dans l’ère du Super Bowl.

S’ils remportaient le championnat de la Nationale dimanche soir à la maison, face aux Packers de Green Bay, les Niners deviendraient le seul club à atteindre le match ultime un an après une saison d’au moins 12 revers.

Seuls les Rams de St. Louis l’ont réussi: détenteurs d’une fiche de 4-12 en 1998, ils ont remporté le grand match en janvier 2000.

En 2018, les 49ers (14-3) n’ont récolté que quatre gains, après que Jimmy Garoppolo ait subi une blessure au genou qui a mis un terme à sa campagne, lors de la semaine 3.

Le côté positif a été de pouvoir repêcher au deuxième rang: on a choisi l’ailier défensif Nick Bosa, devenu l’un des artisans majeurs d’une défense élite.

«Les choses ont tendance à s’arranger, a dit Garoppolo. Je me suis toujours dit qu’il y avait un bon côté et d’avoir pu repêcher Bosa, ça me va très bien. Il se passe parfois de drôles de choses. Il faut juste savoir y aller dans le sens du courant.»

Les Packers (14-3) ont eux aussi grandement corrigé le tir après une saison de 6-9-1, en 2018. Cela a mené au congédiement d’un entraîneur qui faisait partie des meubles, Mike McCarthy.

Matt LaFleur a fait son entrée et a modifié l’attaque. Le directeur général Brian Gutekunst a fait de bons ajouts tels Preston Smith et Za’Darius Smith, qui ont totalisé 25 sacs et demi cette saison. Des embauches plus discrètes ont aussi été bénéfiques, comme celles de Tyler Ervin, Jared Veldheer et Marcedes Lewis.

«Je pense que Brian a fait de l’excellent boulot. Lui et son personnel méritent beaucoup de crédit, a dit le quart Aaron Rodgers. Les acquisitions de renom ont été fantastiques, mais j’ai l’impression que les autres ont été cruciales pour solidifier l’équipe.»

Rodgers et l’ailier espacé étoile Davante Adams sont originaires du nord de la Californie – Rodgers est de Chico, Adams de Palo Alto, non loin de Santa Clara.

Ils ont joué pour des clubs de l’état dans la NCAA – Californie pour Rodgers, Fresno State dans le cas d’Adams.

Lors du repêchage de 2005, les 49ers avaient la chance de repêcher Rodgers premier au total, mais ils ont plutôt choisi Alex Smith.

«Dans ma jeunesse je rêvais de jouer pour les 49ers, mais ce temps est passé depuis bien longtemps», a dit Rodgers, quand on lui a demandé s’il a déjà pensé à affronter les 49ers dans un cadre éliminatoire. 

Totalisant neuf titres du Super Bowl, les deux formations vont croiser le fer en éliminatoires pour une huitième fois en 25 ans. Green Bay mène 4-3 mais les 49ers ont gagné les deux dernières confrontations, après les saisons 2012 et 2013.

«Nous les connaissons bien, a dit le bloqueur Joe Staley, membre des 49ers depuis 2007. Nous avons eu de grandes batailles avec eux au fil des ans.»

Récemment, la faiblesse en défense chez les Niners a été le jeu du demi de coin Ahkello Witherspoon, alors que l’adversaire évite Richard Sherman.

Witherspoon était le couvreur lors des cinq passes de touché accordées par les siens depuis trois matches. On a fini par le remplacer par Emmanuel Moseley au premier quart, la semaine dernière. Witherspoon avait été battu par Stefon Diggs, qui a capté une passe de touché de 41 verges.

L’entraîneur Kyle Shanahan n’a pas précisé ses plans pour dimanche, mais on pense qu’il va se tourner vers Moseley. Ce dernier a bien fait en neuf matches en tant que partant en l’absence de Witherspoon, cette saison.

Josh Dubow, The Associated Press