Sports
10:08 4 février 2020 | mise à jour le: 7 février 2020 à 23:53

Affaire de dopage en Russie: l’AMA demande au Tribunal une audience publique

Affaire de dopage en Russie: l’AMA demande au Tribunal une audience publique
Photo: Josie DesmaraisL'AMA souhaite entendre les opinions du public dans les cas de dopage en Russie.

GENÈVE, Suisse — En quête d’un examen plus approfondi d’une affaire qui continue de faire grand bruit, l’Agence mondiale antidopage souhaite une rare audience publique lorsque le plus haut tribunal du sport se penchera sur l’exclusion pour quatre ans de la Russie de toute compétition internationale pour tricherie chronique.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) se prépare pour une audience prévue dans quelques semaines en Suisse.

Le tribunal a révélé qu’il demanderait aux dirigeants russes de l’agence antidopage connue sous le nom de RUSADA leur consentement. Les deux parties dans une affaire doivent s’entendre avant que les médias ne puissent être invités et que les procédures soient diffusées en ligne.

«Si un consensus existe en faveur d’une audience publique, le TAS validera presque certainement ce choix», a déclaré dans un communiqué le secrétaire général du TAS, Matthieu Reeb.

Poussée par le président Vladimir Poutine, la RUSADA a officiellement contesté la décision de l’AMA en décembre de déclarer l’agence non conforme après la corruption de données du laboratoire d’analyses de Moscou.

La transmission par la Russie des archives des contrôles antidopage du laboratoire de Moscou en janvier 2019 était censée être une étape importante pour résoudre la saga qui dure depuis des années et qui a entaché les Jeux olympiques depuis 2008.

Au lieu de cela, le tout a provoqué une nouvelle vague d’allégations avec de nouvelles preuves de falsification apparente et de dissimulations par les autorités russes de cas potentiels de dopage impliquant des centaines d’athlètes.

«L’AMA est d’avis — et celle de bon nombre de nos parties prenantes — que ce différend au TAS devrait être tenu dans un forum public pour s’assurer que tout le monde comprend le processus et entend les arguments», a déclaré le directeur général de l’agence installée à Montréal, Olivier Niggli.

Le panel de trois juges du TAS aura le pouvoir d’appliquer les sanctions recommandées par l’AMA pendant une période de quatre ans, y compris l’exclusion du nom, du drapeau et de l’hymne de l’équipe russe aux Jeux olympiques et aux championnats du monde.

L’AMA souhaite également que les athlètes russes concourent sous un drapeau neutre aux Jeux olympiques et aux grands événements uniquement s’ils réussissent un processus de vérification qui examine leur historique de contrôles de dépistage et leur éventuelle implication dans des dissimulations de tests positifs en laboratoire.

La Russie pourrait également être incapable de soumettre sa candidature pour accueillir des championnats majeurs, et dépouillée de certains événements qui lui avaient déjà été attribués, pendant la période de punition.

Les audiences du TAS peuvent être ouvertes aux médias et aux observateurs publics dans certains cas lorsque les deux parties y consentent.

Le tribunal a tenu sa première audience publique en 20 ans en novembre. L’AMA a fait appel d’une décision de la fédération internationale de natation de ne pas exclure le triple médaillé d’or olympique chinois, Sun Yang, pour de prétendues violations aux règles de dopage.

Un verdict dans le processus du TAS doit être rendu en mai, environ deux mois avant le début des Jeux olympiques de Tokyo.

Graham Dunbar, The Associated Press

Articles similaires