Sports
09:00 12 février 2020

Soccer féminin: Christine Sinclair pourrait continuer après les JO de Tokyo

Soccer féminin: Christine Sinclair pourrait continuer après les JO de Tokyo
Photo: Jonathan Hayward/La Presse canadienneChristine Sinclair

VANCOUVER — Elle a marqué plus de buts que quiconque au soccer et disputé plus de matchs que tout autre joueuse active, mais la retraite n’est pas encore tout à fait à l’horizon pour Christine Sinclair.

La capitaine de l’équipe canadienne, qui participera à ses quatrièmes Jeux olympiques cet été, à Tokyo, parle comme quelqu’un qui prévoit jouer un bout de temps encore.

«Depuis le début j’ai en tête de me rendre à Tokyo et ensuite on verra, a confié mardi la native de Burnaby en Colombie-Britannique, âgée de 36 ans. Je me rends compte que si la passion et le désir de continuer à jouer sont là, je continuerai.

«Vous ne pouvez jouer que pendant un certain temps et je vais essayer de continuer aussi longtemps que possible.»

Lorsqu’on lui a demandé si elle continuerait à jouer après les Jeux, Sinclair a ri et a dit que ça dépendait de l’entraîneur-chef de l’équipe nationale, Kenneth Heiner-Moller.

«Peut-être si Kenneth veut me garder, dit-elle. On verra.»

Les 186 buts de Sinclair font d’elle la meilleure marqueuse de tous les temps en soccer international. Elle a brisé l’ancienne marque de 184 détenue par l’Américaine Abby Wambach en marquant deux fois le 29 janvier contre Saint-Kitts-et-Nevis, lors des qualifications olympiques de la CONCACAF.

Les 293 matchs joués par Sinclair sont plus que n’importe quel joueur international actif. Elle est également la deuxième joueuse de chaque sexe à marquer lors de cinq Coupes du monde.

Après avoir battu le record de buts, Sinclair a été inondée de félicitations. Celles venant de la légende du tennis Billie Jean King était «assez spéciales, je ne vais pas mentir».

À propos de ses buts, Sinclair a dit que trois sortaient davantage du lot.

Il y a eu son tout premier, à son deuxième match international le 4 mars 2000, contre la Norvège. Celui qu’elle trouve le plus élégant, du pied gauche sur réception au poteau éloigné lors d’un tournoi au Brésil, en 2011. Et le plus important, face au Brésil lors des Jeux d’été de 2016, pour donner au Canada une deuxième médaille de bronze olympique consécutive.

Lors d’une conférence de presse au Temple de la renommé du sport britanno-colombien, Sinclair a montré le ballon avec lequel elle a marqué le but record.

Elle a également répondu aux questions des membres d’une équipe de joueuses de 13 ans.

Sinclair a expliqué qu’elle portait le numéro 12 parce que petite, elle aimait le baseball et son joueur préféré était Roberto Alomar, des Blue Jays. Il a été parmi ceux qui l’ont contactée après son filet historique.

Être un modèle pour les jeunes femmes est quelque chose que Sinclair prend très au sérieux.

«C’est l’un des rôles les plus importants que j’ai, d’inspirer la prochaine génération», a t-elle commenté.

Au sujet de Tokyo, Sinclair a dit que les Américaines demeurent le plus grand obstacle pour l’équipe canadienne.

Les championnes du monde en titre ont battu le Canada, classé huitième, 3-0 le week-end dernier, en finale du tournoi de qualification de la CONCACAF.

Les deux équipes ont joué 60 fois, les États-Unis détenant une fiche de 50-3-7. La dernière victoire du Canada a été signée 3-0 à la Coupe Algarve en 2001, dans un match où Sinclair a marqué. Le Canada a une fiche de 0-29-6 depuis, mais a fait match nul dans deux des six dernières rencontres.

«Je suis la seule qui reste de l’équipe qui les a battues, a dit Sinclair. Il y a une raison pourquoi elles sont au sommet. Cela dit, elles ne sont pas intouchables.»

La Suède a surpris les États-Unis en quart de finale des Jeux olympiques de 2016, envoyant les Américaines à la maison les mains vides.

«Pour les battre, vous devez être à votre meilleur pendant 90 minutes, a déclaré Sinclair. En finale de la CONCACAF, nous avons fait de notre mieux pendant environ 60 minutes. Ensuite, quelques erreurs individuelles et le score devient 3-0. Ça peut arriver très vite.»

«Elles ont une telle profondeur, a dit Sinclair. Leurs joueuses retranchées pourraient probablement être partantes dans la plupart des autres équipes nationales. Cet été, il faudra simplement être à notre meilleur au moment de les affronter.»

Jim Morris , La Presse canadienne