Lachine & Dorval

Nirra Fields multiplie les exploits

Photo: Gracieuseté A.J Lawrence

Nirra Fields continue d’épater. La native de Lachine a reçu le trophée de la joueuse la plus utile dans la victoire de l’équipe canadienne de basketball féminin sur la Chine 71-59, le 11 juillet. Du coup, le Canada emportait les Grads International Classic, à Edmonton.

« Je suis vraiment contente de ma performance. J’ai fait des paniers, des passes, de belles interceptions. J’étais partout sur le terrain, et je me sentais en pleine forme », confie la joueuse récemment repêchée par une équipe de la Women National Basketball Association (WNBA), le Mercury de Phoenix, en Arizona.

La deuxième Canadienne à se hisser dans les ligues majeures a malheureusement été retranchée durant le camp d’entraînement. Malgré cela, la garde de 22 ans ne baisse pas les bras.

« Cette année, je vais aller jouer avec une équipe européenne, mais je suis confiante que je serai de retour dans le WNBA pour la prochaine saison. J’ai eu une belle occasion de jouer avec des pros et grâce à cela, j’ai pu m’améliorer encore plus », souligne Nirra Fields. Sa future équipe européenne où elle évoluera n’a pas encore été dévoilée.

Avec les meilleures
En plus de ses projets outre-mer, Nirra prendra s’envolera pour Rio aux côtés de l’équipe canadienne. Bien qu’elle en sera à sa première expérience olympique, la numéro 10 était de la formation lorsque le Canada a emporté sa toute première médaille d’or aux Jeux panaméricains l’an dernier.

Nirra Fields 1Avec une moyenne de 6,8 points pour un peu plus de 15 minutes jouées par partie, la diplômée en communications de l’UCLA espère encore aider l’équipe nationale à se démarquer au niveau international.

« Si nous atteignons notre objectif de monter sur le podium à Rio, cette performance aura un impact important sur la popularité du basketball féminin au pays. J’espère inspirer les autres jeunes filles à atteindre leurs rêves de devenir des athlètes professionnelles », confie-t-elle.

Même si la compétition est beaucoup plus féroce aux États-Unis, Nirra déplore que les athlètes féminines aient plus de difficulté à se développer au Canada parce que le niveau de jeu n’est pas suffisamment élevé.

Elle espère apprendre quelques trucs lors de son passage aux Olympiques. « Je vais avoir l’opportunité de jouer avec les meilleures au monde, dont les Américaines. Je vais essayer d’acquérir le maximum d’expérience, car je veux sans cesse améliorer mon jeu », ajoute l’athlète.

Sacrifices
Nirra Fields, qui s’est exilée aux États-Unis à l’âge de 13 ans pour poursuivre son rêve sportif, se souvient des énormes sacrifices qu’elle a faits.

« J’ai dû quitter ma famille très tôt, grandir plus vite que les jeunes de mon âge pour arriver où j’en suis. Mais je ne serais pas la joueuse que je suis aujourd’hui si je n’avais pas passé à travers tout ça », soutient-elle.

Dès son plus jeune âge, être une fille qui aimait le basketball signifiait aussi devoir se battre pour faire sa place.

« Je me souviens que j’allais jouer à l’école Lakeside Academy de Lachine avec mon frère et ses amis et qu’ils me donnaient toujours une leçon. Je me souviens de la frustration que je ressentais, qui est en fait à la source de la détermination qui me pousse encore à me surpasser », conclut Nirra Fields.

Après une pause de 10 jours, le Canada affrontera les Américaines au Madison Square Garden de New York. Elles prendront ensuite la direction de l’Europe avant de se rendre à Rio en août.

Articles récents du même sujet