Techno
12:01 2 juillet 2020 | mise à jour le: 2 juillet 2020 à 12:03 temps de lecture: 6 minutes

Mythes et réalités du réseau 5G

Mythes et réalités du réseau 5G
Photo: MétroMalgré les controverses, la 5G est déjà implantée dans plus de 40 pays

Le lancement de la 5G a suscité la controverse. Certaines personnes pensaient qu’elle pouvait provoquer le cancer et propager la COVID-19. Metro World News a enquêté sur la situation.

La 5G est devenue un sujet extrêmement populaire parmi les amoureux de technologie et les utilisateurs de téléphones intelligents, car elle est appelée à changer notre manière d’utiliser internet. Cette nouvelle technologie va augmenter la vitesse de connexion, diminuer la latence et multiplier de manière exponentielle le nombre d’appareils connectés.

«C’est la dernière génération des systèmes de communication mobile, qui fonctionne également sur des ondes de radiofréquences (RF). Cependant, l’architecture mobile a été complètement repensée, c’est pour cela que la 5G est considérée comme une révolution et non pas une simple évolution des systèmes mobiles», a expliqué à Metro World News Yusuf Sambo, associé de recherche et chef du banc d’essai à l’Université de Glasgow au Royaume-Uni.

Les différences entre le réseau 4G actuel et son successeur, le 5G, représentent une révolution pour les télécommunications.

Plusieurs avantages de la 5G

«Il est beaucoup plus rapide que la 4G et a une latence plus faible (ce qui signifie que le signal atteint l’appareil plus rapidement qu’avec un service 4G). Cela offre aussi plusieurs caractéristiques qui rendent le signal 5G plus fiable et lui font consommer moins d’énergie. Conséquemment, les compagnies de téléphone mobile pourront desservir des milliers d’appareils par sites cellulaires plutôt que des centaines comme ils le font aujourd’hui. Les avantages au niveau de la vitesse feront que le chargement des vidéos se fera beaucoup plus rapidement,» commente Paul Brislen, expert en technologie et communication vivant en Nouvelle-Zélande.

Bien qu’il est difficile de ne pas reconnaître l’importance du lancement de la 5G, cette innovation a suscité des controverses et la propagation de théories du complot qui ont mené à la destruction de l’infrastructure du réseau. Dès le début, le développement de cette technologie a généré une importante confrontation entre les gouvernements chinois et américain quant à savoir lequel d’entre eux dirigera le développement, l’implantation et le déploiement de la 5G, puisque celui qui en aura la charge bénéficiera d’un avantage technologique, économique et même militaire.

Un danger pour la santé?

Cependant, c’est peut-être le moindre des problèmes. De plus grandes questions sont liées aux théories du complot qui l’ont d’abord désigné comme un agent cancérigène. Plus tard, la 5G a été accusée de propager la COVID-19. La Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), une commission scientifique indépendante fondée par l’Association internationale de radioprotection pour faire progresser la protection des populations et de l’environnement contre les rayonnements non ionisants, a démenti ces affirmations. 

Dans une publication, elle a déclaré que l’exposition aux champs électromagnétiques émis depuis les appareils 5G ne provoque pas la COVID-19 ni n’a aucun effet sur l’évolution de la maladie ou les résultats de santé de ceux qui ont été infectés par le nouveau coronavirus.

«Les théories du complot sur la 5G et la COVID-19 sont sans fondements.» Yusuf Sambo, associé de recherche et chef du banc d’essai à l’Université de Glasgow au Royaume-Uni

«Il est physiquement impossible que les champs de radiofréquences contribuent à la propagation du virus et rien n’indique non plus que les radiofréquences puissent avoir une influence négative sur le système immunitaire et rendre les gens plus sensibles au virus. En bref : il n’y a absolument aucune relation entre les champs de radiofréquences (y compris ceux des systèmes 5G) et la COVID-19», a expliqué à Metro World News Eric Van Rongen, vice-président à l’ICNIRP.

Malgré cela, la théorie du complot de la pandémie a mené à une douzaine d’attaques sur des infrastructures de réseaux 5G, comme les poteaux de transmission. Selon les groupes de pression de télécommunications ETNO et GSMA, ces fausses accusations ont conduit à plus de 140 incendies criminels sur des antennes de téléphones mobiles dans 10 pays européens, ainsi qu’à des attaques sur une douzaine d’employés de maintenance.

Des vies en danger

Selon les données, à la fin du mois de mai, 87 incendies criminels ont eu lieu au Royaume-Uni et 30 aux Pays-Bas, tandis que d’autres cas ont aussi été rapportés en France, en Belgique, en Italie et en Allemagne. Mais ces attaques ne représentent pas que des pertes économiques ou un danger pour les travailleurs, elles constituent également un risque pour la santé de beaucoup.

«Il est aussi important de noter que les téléphones mobiles sauvent des vies. En Nouvelle-Zélande plus de 80% des appels à des services d’urgence sont émis depuis un téléphone mobile. Quand les tours sont brûlées ou vandalisées et que les appels ne peuvent plus passer, des vies sont mises en danger. Plus de personnes vont mourir des suites d’un acte de vandalisme que d’une exposition aux rayonnements non ionisants,» a ajouté M. Brislen.

De plus, les experts estiment également que les attaques sur les infrastructures et même les fausses informations pourraient retarder l’implantation du réseau 5G dans le monde.

«Le vandalisme pourrait en effet retarder le déploiement de la 5G et je considère l’aversion de la population comme le plus gros obstacle à l’adoption de la 5G et c’est imputable à la désinformation. Il convient de souligner que les systèmes de communication se sont avérés essentiels pour le fonctionnement de l’économie mondiale durant cette épidémie de la COVID-19 sans précédent, et il est important de les protéger,» ajoute M. Sambo.

Articles similaires