Techno
08:32 19 juillet 2011 | mise à jour le: 19 juillet 2011 à 08:32 temps de lecture: 2 minutes

Anonymous se lance dans l'écologie

Le groupe de pirates
informatiques a décidé de se mettre au vert en attaquant les serveurs de
Monsanto mais aussi en lançant une opération contre un projet lié au
pétrole.


Après avoir attaqué le Pentagone, les
régimes tunisien et égyptien ou bien les sites de Visa et MasterCard
pour venger le cofondateur de WikiLeaks, Julian Assange, les pirates
d’Anonymous se sont attaqués la semaine dernière au géant de
l’agroalimentaire Monsanto, tant décrié pour sa production et sa
commercialisation d’Organisme Génétiquement Modifié et son herbicide
toxique, le Round up.

Comme à son habitude, les pirates informatiques ont diffusé les
données personnelles de 2 500 employés du groupe (nom, adresse, numéro
de téléphone, courriel, lieu de travail) et seront disponibles sur un
wiki un peu après la rentrée scolaire.

Sauf que les pirates d’Anonymous ne se sont pas arrêtés là. Une autre
branche du collectif a aussi lancé l’opération «Green Rights» contre
les géants du pétrole Exxon Mobil, ConocoPhillips, Canadian Oil Sands
Limited et Imperial Oil. Leur objectif est de dénoncer un projet
d’acheminement d’envoi de matériel de raffinerie de pétrole des
Etats-Unis vers l’industrie des sables bitumineux d’Alberta. Pour ce
faire, Anonymous promet de dévoiler la corruption de tous ces groupes.

Dans une annonce, le groupe indique ne pas pouvoir «rester les bras
croisés et laisser ces atrocités environnementales se poursuivre».

Dans le même temps, des membres d’Anonymous qui s’étaient inscrits
sur Google+ ont vu leurs comptes fermés (William Shatner doit apprécier
d’être traité de la même façon). En réponse à cette décision, ils ont alors décidé de lancer le projet AnonPlus, un réseau social par Anonymous, pour Anonymous mais ouvert à tous ceux qui souhaitent le rejoindre.

Le réseau social est encore loin de voir le jour comme semble
l’indiquer le terme «Revision :0.1 Alpha » sur la page d’accueil
d’AnonPlus. Le développement ne fait que commencer. Pour l’instant, un
peu plus de 300 personnes se sont inscrites sur les forums de développement du site.

Articles similaires