Vie numérique
11:13 9 septembre 2016 | mise à jour le: 9 septembre 2016 à 12:41 temps de lecture: 8 minutes

Comment ça marche: aspirateur Dyson Cinetic Big Ball

Comment ça marche: aspirateur Dyson Cinetic Big Ball
Photo: Maxime Johnson

C’est en analysant les différentes composantes d’un appareil qu’on arrive à comprendre comment il fonctionne. J’ai eu l’occasion récemment d’assembler de toutes pièces un exemplaire du nouvel aspirateur grand format de Dyson, le Cinetic Big Ball. Voici une présentation des pièces maitresses de l’appareil.

Un moteur tout ce qu’il y a de plus ordinaire

Tout au centre du Cinetic Big Ball se trouve un moteur des plus réguliers, comme il s’en conçoit depuis des décennies. C’est ce moteur qui est responsable de la fonction primaire de l’aspirateur : déplacer de l’air.

Il est intéressant de noter que Dyson n’utilise ici pas ses moteurs numériques, qui s’ont pourtant l’une des technologies les plus intéressantes de l’entreprise anglaise. Les moteurs numériques offrent de bonnes performances malgré leur petit format. Ce sont eux que l’on retrouve dans la plupart des nouveaux appareils de Dyson, comme son aspirateur-robot, ses aspirateurs sans fil et son sèche-cheveux.

Pourquoi ne pas utiliser l’une des technologies phares dans son aspirateur le plus performant?

Il s’agit en fait principalement d’une décision financière. « Les moteurs numériques sont chers à produire, notamment parce que les usines de Dyson ne peuvent pas profiter des économies d’échelles qu’il est possible d’atteindre pour les fabricants de moteurs réguliers chez qui nous achetons cette pièce », explique Rob Green, ingénieur sénior au design chez Dyson.

Rob Green note aussi qu’il serait de toute façon difficile de produire suffisamment de moteurs numériques pour répondre à la demande à l’heure actuelle.

Ce qui ne veut pas dire que Dyson ne le fera jamais. La technologie de Dyson est surtout utilisée pour les petits appareils, mais les moteurs numériques peuvent aussi être créés en grands formats, ce qui permettrait de s’en servir dans un aspirateur comme le Big Ball Cinetic. La compagnie avait d’ailleurs déjà lancé un aspirateur Big Ball avec moteurs numériques au Canada il y a quelques années.

Note d’assemblage: quand le moteur arrive chez Dyson, il suffit de brancher quelques fils à l’intérieur, de poser une pièce de plastique qui sert à la fois d’interrupteur et de protecteur de fils, de poser du ruban adhésif et de visser le tout.

Un socle lourd (pour que l’aspirateur se redresse)
bas-2

Le moteur est ensuite placé dans le bas de l’aspirateur. En positionnant ainsi une pièce lourde, et en ajoutant même une plaque de métal en-dessous, Dyson s’assure que son aspirateur a un centre de gravité très bas.

« Le problème avec les aspirateurs à traineaux, explique Rob Green, c’est qu’ils renversent constamment lorsqu’on les tire vers soi ». Dyson a essayé sans succès de créer un aspirateur qui ne renversait pas, la compagnie a donc plutôt conçu un appareil qui tombe parfois sur le côté, mais qui revient en place tout seul.

Note d’assemblage: le socle que j’ai utilisé était partiellement assemblé, notamment la partie où le cordon s’enroule, afin d’éviter les accidents de ressorts qui revolent dans tous les sens! Il ne me restait donc que quelques visses à poser.

Un gros filtre, aussi pour le bruit
filtre-iphone

Contrairement à la plupart des aspirateurs sans sac, le Dyson Cinetic Big Ball n’a aucun filtre qu’il faut laver ou changer régulièrement. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de filtre du tout.

Tout autour du moteur, on retrouve en effet un gros filtre blanc, qui permet de capter les dernières particules qui n’ont pas été redirigées vers le réceptacle. La taille du filtre – et la faible quantité de particules qui sont filtrées – font que la pièce devrait durer toute la vie de l’appareil, soit 10 ans.

« Dans tous les cas, ce n’est pas le filtre l’élément limitant du Cinetic Big Ball, mais son moteur, dont les pièces s’usent avec le temps », précise Rob Green.

Le grand format du filtre, et sa forme qui entoure le moteur, a évidemment un autre avantage de taille: celui d’atténuer en partie le bruit de l’aspirateur. Malheureusement, force est de constater que c’est insuffisant. Même si le Big Ball de Dyson est moins bruyant que ce à quoi on est habitué pour un appareil du genre, celui-ci n’est pas reposant pour autant.

Note d’assemblage: le filtre est une pièce qui se met en place rapidement, et qui pourrait être assez facile à changer soi-même, si le besoin s’en faisait sentir.

Un réceptacle qui créé une mini tornade

Une fois la boule refermée, on s’attaque à la seconde partie de l’aspirateur, qui se retrouve à l’intérieur du réceptacle qui ramasse la poussière.

Le réceptacle lui-même est toutefois intéressant. « On ne le voit pas à l’oeil, mais celui-ci est légèrement plus petit dans le bas que dans le haut » fait remarquer Rob Green. En projetant l’air à l’intérieur en longeant sa surface, il se crée ainsi un tourbillon, une sorte petite tornade qui permet de séparer les gros morceaux et de faire passer l’air sale par la suite au travers d’un petit treillis métallique, qui sépare les saletés moyennes.

Les cyclones sont à la base même des aspirateurs de Dyson. Au coeur du DC01, le premier aspirateur de la compagnie lancé en 1993, se retrouvait déjà le concept du double cyclone. Un premier dans le réservoir, et un second à l’intérieur d’une autre pièce, qui permettait de nettoyer un peu plus l’air, sans pour autant réduire la force de succion de l’aspirateur.

Note d’assemblage: rien de compliqué ici. Notons au passage que le haut de la pièce a été modifié, et qu’elle intègre désormais un racloir en silicone qui nettoie automatiquement le treillis métallique lorsqu’on vide le réceptacle.

Cinetic: 36 petits embouts
cyclone

Alors que le premier aspirateur de Dyson faisait passer l’air dans un second cyclone après le réceptacle principal, le Cinetic Big Ball la fait plutôt passer dans 36 petits cyclones.

Ces petits cyclones se font dans des embouts de caoutchouc posés en trois rangées. Le bout de la pièce n’est pas minuscule (la circonférence d’un crayon à mine environ), mais il est quand même assez petit pour risquer de se faire boucher par la poussière fine que l’on retrouve dans l’air à ce moment du processus.

Pour s’assurer que cela ne se produise pas, Dyson a créé des embouts souples, qui vibrent au passage de l’air, ce qui empêche la poussière de s’y amasser (ce qui réduirait la force de succion de l’appareil).

Notons que c’est ce système qui permet aux aspirateurs Dyson Cinetic de ne pas avoir de filtre à laver périodiquement, comme c’est le cas avec les autres appareils de la compagnie.

Note d’assemblage: une fois les embouts placés, on referme la pièce (avec un tournevis manuel cette fois-ci), et on l’installe dans le réceptacle, qui peut alors être posé sur le socle de l’aspirateur.

Le produit fini
presque-finale

Une fois l’aspirateur monté, il suffit d’y ajouter ses tuyaux et ses accessoires. En plus de la couleur de certaines pièces, ce sont ces embouts qui font varier le modèle (et aussi le prix !) de Cinetic Big Ball, comme le Dyson Cinetic Big Ball Multi Floor (699$) ou le Dyson Cinetic Big Ball Animal (799$).

On note au passage que Dyson a revu son système d’embouts afin qu’il soit plus facile à utiliser d’une seule main. Ceci rend malheureusement les anciens accessoires incompatibles avec les nouveaux aspirateurs, mais il est possible de s’en servir à l’aide d’un adaptateur.

Note d’assemblage: il ne restait aucune pièce et aucune visse après l’assemblage, signe que rien n’a été oublié en chemin.

Évidemment, même si la procédure était assez facile, je ne vous conseille pas de tenter l’expérience à la maison.

Articles similaires