Uncategorized

Climat: 5000 personnes manifestent pour faire pression sur le gouvernement

QUÉBEC — Environ 5000 personnes ont entouré de façon symbolique l’Assemblée nationale à Québec lundi après-midi pour demander au gouvernement Legault d’en faire beaucoup plus pour combattre la crise climatique.

L’activité était organisée par un collectif qui regroupe plusieurs organismes écologistes et des syndicats. Les parlementaires étaient toutefois absents en ce Jour de la Terre, puisque la Chambre fait relâche jusqu’à la semaine prochaine.

«C’était symbolique, a déclaré le co-porte-parole de La Planète s’invite à l’université, Louis Couillard, dans une entrevue à La Presse canadienne lundi après-midi. C’était pour demander à nos politiciens d’arrêter de tourner en rond et plutôt se doter d’une réelle vision politique en vue de lutter contre la crise climatique.»

Il a rapporté que les organisateurs avaient estimé la foule à 5000 personnes.

Le porte-parole du Parti québécois en matière d’environnement, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, participait aussi à la marche.

En entrevue téléphonique en fin d’après-midi, il a expliqué que même si les parlementaires sont absents cette semaine, «l’Assemblée nationale demeure le lieu symbolique de décision, de pouvoir» au Québec où convergent les manifestations.  

Les manifestants réclament notamment l’adoption d’une loi sur le climat pour réduire les émissions de CO2 de 50 pour cent d’ici 2030, et de 100 pour cent d’ici 2050, conformément aux recommandations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Ils exigent aussi l’arrêt du projet Énergie Saguenay, ce grand projet de pipeline qui acheminerait du gaz naturel de l’Ouest vers une usine de liquéfaction à Saguenay, en vue de l’exporter.

«On veut du pragmatique, des mesures concrètes», a insisté M. Couillard. Pour sa part, M. Gaudreault estimait qu’il faut des gestes forts du gouvernement, alors que plusieurs régions sont durement frappées par des inondations.

Le député arrivait lui-même avec ses revendications précises. Il a exprimé sa solidarité avec les sinistrés et a demandé au gouvernement de compléter rapidement la cartographie des zones inondables au Québec, en coordination avec les trois ministères concernés, soit Environnement, Sécurité publique, et Affaires municipales.

«Ce sera un outil pour les municipalités, afin de leur permettre de planifier le développement et éviter qu’on se retrouve toujours dans des situations qu’on vit depuis quelques années de façon intense, des inondations à répétition avec des évacuations.»

Enfin, M. Gaudreault a demandé à ce que soit étudié en commission parlementaire le projet de loi qu’il a déposé pour le respect des obligations internationales en matière climatique, c’est-à-dire les cibles de réduction du CO2 et autres GES.

Patrice Bergeron, La Presse canadienne