Uncategorized

L’Impact veut sortir de sa torpeur offensive en Nouvelle-Angleterre

L’Impact veut sortir de sa torpeur offensive en Nouvelle-Angleterre
Photo: LA PRESSE CANADIENNE/Graham HughesOrji Okwonkwo lors d'un match contre le Crew de Columbus.

MONTRÉAL — L’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, dit n’être pas trop inquet par le manque de punch de son attaque, même si l’équipe est au coeur de la pire léthargie de la Major League Soccer.

L’Impact (3-3-2) tentera de donner un peu de tonus à son attaque face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre (2-5-1), mercredi, déjà le huitième match à l’étranger pour le onze montréalais cette saison.

Les protégés de Garde n’ont marqué que deux buts à leurs cinq dernières sorties, toutes pendant l’absence de leur milieu étoile Ignacio Piatti. Blessé au genou droit, l’Argentin ratera aussi le duel de mercredi.

«Ça ne m’empêche pas de dormir, car je sais que l’on peut faire mieux, a dit l’entraîneur après l’entraînement de lundi. N’oublions pas que notre meilleur joueur est absent. Si vous privez toute équipe de son meilleur joueur et la faites jouer autant de matchs à l’étranger, je ne suis pas certain qu’elle ferait mieux.

«C’est une situation particulière à gérer, qui demande une grande force mentale. C’est très demandant pour les joueurs.»

La présente léthargie de l’Impact est la pire du circuit, à égalité avec les Whitecaps de Vancouver. Le club vient de subir une défaite de 3-0 sur la pelouse de l’Union de Philadelphie. Les visiteurs n’ont cadré qu’un seul tir dans ce match.

«Si c’était simple à expliquer, nous aurions des réponses, a noté le défenseur Bacary Sagna au sujet de la disette offensive du club. «(À Philadelphie), nous avons manqué de cohésion. Pas seulement qu’offensivement. Toute l’équipe doit être plus créative. Peut-être devrions-nous prendre plus risques à l’attaque, envoyer plus de monde devant.»

Personne n’a semblé être en mesure de combler le manque à gagner en l’absence de Piatti.

L’attaquant Maximiliano Urruti n’a toujours pas marqué cette saison, bien qu’il mène le club avec trois aides. Les milieux de terrain Harry Novillo et Orji Okwonkwo ont un but chacun.

«(Urruti) est parfois trop isolé sur la surface, a analysé Garde. Les joueurs en appui ne vont pas le seconder assez rapidement. Quand nous jouerons plus de matchs à domicile, que nous contrôlerons le ballon davantage en zone adverse, il aura de meilleures options.»

Le joueur désigné Saphir Taïder mène le club (à égalité avec Piatti) avec trois buts. L’international algérien représente toutefois un cas douteux pour la rencontre de mercredi. Taïder s’est blessé face à l’Union et n’a pas joué la deuxième demie. Le footballeur de 27 ans s’est entraîné en solitaire toute la semaine.

Cela signifie que toute la pression retombera sur les épaules du nouveau venu, le milieu offensif du Panama Omar Browne, qui pourrait disputer son premier match avec l’Impact. Browne, 24 ans, n’a pas joué contre l’Union parce qu’il n’était pas en possession des documents officiels. Tout est maintenant réglé.

Browne a passé toute sa carrière en première division panaméenne, marquant 19 buts en 88 matchs. Garde n’a pas indiqué s’il allait l’utiliser comme partant ou comme substitut.

Pendant ce temps, le Revolution traverse aussi des moments difficiles en attaque, n’ayant inscrit que six buts depuis le début de la saison et trois au cours de ses cinq derniers duels. Seul Atlanta United a marqué moins de buts cette saison.

La troupe de l’entraîneur Brad Friedel vient de signer une victoire de 1-0 à domicile contre les Red Bulls de New York, premier jeu blanc du club cette saison.

«Nous devons continuer de travailler, de retrouver notre confiance à l’entraînement, a déclaré Friedel au site internet du club. Je suis certain que nous allons trouver le fond du filet bientôt, puisque nous nous retrouvons en très bonnes positions sur le terrain.»

Le Revolution a gagné six des sept derniers affrontements contre l’Impact, dont les quatre derniers à domicile, avec un pointage combiné de 9-0. L’équipe a toutefois perdu trois de ses cinq duels sur sa pelouse cette saison.

Kelsey Patterson, La Presse canadienne