Uncategorized

Les Montréalais ont tout donné pour soutenir les Raptors à «Jurassic Peel»

Les Montréalais ont tout donné pour soutenir les Raptors à «Jurassic Peel»
Fans watch Game 5 of the NBA Finals between the Toronto Raptors and the Golden State Warriors at a viewing party in Montreal on Monday, June 10, 2019. THE CANADIAN PRESS/Peter McCabe

MONTRÉAL — Qui aurait cru qu’un jour Montréal fermerait une rue pour permettre aux amateurs de sport d’encourager une équipe de Toronto?

Ce moment est bel et bien arrivé grâce aux Raptors et au basketball de la NBA qui auront rendu possible cet exploit. Les partisans montréalais n’ont même jamais retenu leur enthousiasme tout au long de la soirée dans le «Jurassic Peel», aménagé sur la rue du même nom. Leurs efforts ont malheureusement été gâchés par la victoire des Warriors de Golden State.

Environ une heure avant le match, on comptait déjà plusieurs milliers de partisans des Raptors de Toronto dans la zone qui leur était réservée entre les intersections de Maisonneuve Ouest et Sainte-Catherine. Et la foule continuait de grossir en cours de soirée.

Les couleurs des Raptors et les drapeaux «We The North» étaient bien visibles parmi la foule venue assister au cinquième match de la série finale de la NBA. À la suite du résultat de 106-105 en faveur des champions en titre, l’avance des Raptors est maintenant de 3-2.

En quittant les lieux, plusieurs supporteurs ont souligné avoir passé une très belle soirée dans l’ambiance survoltée sur la rue Peel. Pour la plupart d’entre eux, le championnat sera l’affaire du prochain match.

«J’aurais préféré qu’on gagne, mais ce n’est pas grave. Jeudi, on va gagner et j’espère qu’on va pouvoir revenir», a commenté Nasser Charara, un partisan toujours convaincu du dénouement favorable qui attend les Raptors.

Des hauts et des bas

Les milliers de spectateurs venus assister à la partie sur écran géant sont arrivés gonflés à bloc. Le début de match presque parfait des Warriors qui enfilaient les tirs de trois points en rafale n’a rien changé à leur enthousiasme. Le public montréalais manifestait sa joie à chacun des points marqués par leurs favoris.

Tout au long de l’avant-match, les gens scandaient «MVP» chaque fois que l’écran montrait leur héros Kawhi Leonard et les huées prenaient le dessus dès que l’on apercevait le visage de Kevin Durant, des Warriors. La foule s’est même permis de se réjouir bruyamment lorsque la star de Golden State a semblé aggraver sa blessure au deuxième quart.

À la mi-temps, les fans déployaient toujours autant d’énergie qu’en début de soirée, même si les Warriors détenaient une avance de six points sur les Raptors. Le retour du vestiaire inspiré de l’équipe torontoise leur a même redonné plus d’ardeur.

Le point culminant de la fête a de toute évidence été atteint avec trois minutes à faire au quatrième quart quand Toronto a pris une mince avance de trois points grâce au brio de sa vedette Kawhi Leonard. La foule en liesse a malheureusement déchanté quand les champions en titre sont revenus en force dans les dernières minutes de jeu.

Mouvement de solidarité

L’enthousiasme des amateurs de basketball d’un océan à l’autre n’a cessé de croître tout au long des séries éliminatoires. Les succès de l’équipe ont mobilisé les partisans qui ont créé leur version du «Jurassic Park» dans plusieurs régions du pays. Le Québec n’a pas échappé à la fièvre du basketball, mais les Montréalais ont dû attendre jusqu’au cinquième match de la finale pour se rassembler.

Parmi les premiers arrivés sur place à «Jurassic Peel», le chanteur canadien et grand partisan des Raptors, Karl Wolf, partageait son enthousiasme pour l’événement. L’artiste a résidé à Montréal pendant quatre ans avant de s’installer à Toronto. Il a donc connu la rivalité sportive dans les deux camps.

Il n’est toutefois pas étonné de voir les Montréalais se rallier derrière la seule équipe canadienne de la NBA.

«Toronto et Montréal sont les deux villes canadiennes les plus cool! Ce sont comme des cousines et moi, je peux dire que je suis des deux», a dit l’artiste qui a étudié en cinéma à l’Université Concordia.

Aux premiers rangs dans la foule, William Otto avait bien hâte d’assister au match en plein air. «J’attends tout un groupe! Ça va être une grosse affaire!», a-t-il partagé.

Près de lui, Bill Ortiz a été happé par la folie des séries. «Je veux voir les Raptors gagner. Ils sont là pour représenter le Canada et c’est pour ça que je suis là!», s’est exclamé le montréalais originaire de Colombie.

Jason Bruvier et Sadja Rebah, des Français installés dans la métropole, cherchaient un endroit pour voir ce match qui aurait pu passer à l’histoire.

«Depuis le début de la série finale, j’attendais que Montréal ait son Jurassic Park», a commenté Jason qui avait prédit une victoire de Toronto. Il portait d’ailleurs fièrement la camisole mauve rétro des Raptors.

Pour Sadja, qui prédisait aussi une victoire canadienne, la confiance est du côté des Raptors dans la série. «Dans leur tête, ils savent qu’ils ont l’appui de tout un pays et même de plusieurs Américains qui veulent voir les Raptors gagner, alors ils vont l’emporter», a-t-elle avancé.

Reste à voir si la troupe de l’entraîneur Nick Nurse saura lui donner raison.

Ugo Giguère, La Presse canadienne