Uncategorized

Transport en commun à Montréal et Québec: un accommodement est trouvé

Transport en commun à Montréal et Québec: un accommodement est trouvé
Photo: Graham Hughes/La Presse canadienneLa mairesse de Montréal Valérie Plante

MONTRÉAL — Un accommodement est finalement intervenu entre les villes de Québec et Montréal et les gouvernements du Québec et du Canada quant au financement des projets de transport en commun dans la capitale et la métropole.

Montréal sera compensée par le gouvernement du Québec, à hauteur de 800 millions $, pour que l’enveloppe fédérale de 800 millions $ qu’elle devait recevoir puisse plutôt être allouée au projet de tramway à Québec. Montréal se trouve ainsi à céder son enveloppe fédérale de 800 millions $ à Québec et, en retour, le gouvernement du Québec contribuera au financement de quatre projets de transport en commun à Montréal pour une somme équivalente.

L’annonce d’une entente de principe à cet effet a été faite mercredi, à Montréal, par les ministres Christian Dubé (Trésor), Chantal Rouleau (déléguée aux Transports et responsable de la Métropole), la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et des responsables des autorités du transport en commun dans la métropole.

Pas nécessairement un tramway

Ainsi, à Montréal, un «projet de transport en commun structurant» pourra notamment être financé entre le centre-ville et Lachine, dans l’ouest de Montréal. Ce projet, qui ne sera pas nécessairement un tramway, suivra l’axe est-ouest de la rue Notre-Dame.

Au début de la conférence, la mairesse parlait de «la ligne rose» du métro. Lors de la période des questions, elle parlait plutôt d’un tramway et, à la fin de la période des questions, elle évoquait même d’autres modes de transport que le tramway.

«Là, on vous parle d’un tramway, mais ce sera à déterminer. Au final, ce n’est pas tant la couleur ni la technologie (qui compte), mais on est tous d’accord qu’il faut du transport structurant. Et ça passe par du transport lourd ou mi-lourd. On va l’appeler tramway, parce que c’est comme ça que ça a été initié — et on y croit au tramway, ce serait exceptionnel — mais on va laisser l’ARTM (Autorité régionale de transport métropolitain) et les études se faire en fonction de ce qui est le plus pertinent», a affirmé la mairesse Plante.

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a renchéri: «on est dans le principe qu’on veut se rendre jusqu’à Lachine», mais il serait «prématuré» de dire combien vaudra ce seul projet, le nombre de stations qu’il y aura ou le tracé qu’il suivra, a-t-il fait savoir. C’est «un projet qu’on va définir dans la prochaine année», a-t-il ajouté.

Trois autres projets pourront ainsi être financés à Montréal, soit l’ajout de portes-palières sur les quais des stations de la ligne orange (système de protection), un nouveau système de contrôle des trains sur la ligne bleue et un nouveau «centre d’attachement» pour la ligne bleue du métro dans le secteur nord-ouest.

Le problème, pour Québec, venait du fait que le programme fédéral destiné à financer de telles infrastructures, comme le tramway, est basé sur l’achalandage. Montréal se trouve donc avantagé face à Québec puisque l’achalandage y est bien plus important. C’est pour cette raison que «l’échange» de 800 millions $ a lieu entre les deux villes.

Labeaume prudent

À Québec, le maire Régis Labeaume est resté prudent et le restera tant qu’il n’aura pas vu la couleur des chèques requis.

«C’est un pas dans la bonne direction et cela permet de régler une étape importante dans la répartition des fonds de l’enveloppe fédérale pour le financement du transport en commun au Québec», a-t-il commenté par voie de communiqué.

Il a salué le travail de la mairesse Plante. «C’est grâce à son travail et à celui de M. Christian Dubé que nous sommes partis d’un projet qui cherchait à boucler son financement et que nous sommes plutôt arrivés à la confirmation de deux projets de tramway, celui de Québec et de Montréal.» (M. Labeaume n’a pas assisté à la conférence de presse à Montréal; il ignore donc qu’il ne s’agira pas nécessairement d’un tramway pour Montréal.)

Le maire Labeaume dit attendre toujours une confirmation officielle du financement de 800 millions $ de la part des gouvernements provincial et fédéral.

Lia Lévesque, La Presse canadienne