Uncategorized
23:28 7 décembre 2019

Eye of the Tiger Management engrange trois titres mineurs au Centre Bell

MONTRÉAL — Les boxeurs d’Eye of the Tiger Management ont bien mis la table au choc Lemieux-Bursak, samedi, au Centre Bell, mettant la main sur les trois titres mineurs à l’enjeu en plus de voir un de ses protégés défendre celui qu’il détenait déjà.

La première ceinture à être réclamée par un boxeur d’EOTTM a été celle remportée par Lexson Mathieu (8-0, 7 K.-O.). Ce dernier a inscrit un K.-O. à 1:11 du huitième round face au Mexicain Rolando Paredes (16-9-2, 11 K.-O.), pour devenir champion junior de la North American Boxing Federation des super-moyens.

N’eut été de l’excellente défensive de Paredes, le combat ne se serait pas rendu à ce huitième et dernier round. Le jeune prodige de Québec a complètement dominé. Voyant par contre qu’il n’obtiendrait pas un K.-O. rapide, Mathieu a écouté les recommandations de son coin et a géré le combat avec son jab aux cinquième et sixième.

«J’ai essayé de lui passer un K.-O. rapide en lançant mes gros coups en début de combat, mais j’ai bien vu qu’on était ici pour longtemps», a déclaré Mathieu.

«Il a bien écouté nos recommandations, a pour sa part indiqué son entraîneur, François Duguay. Quand, en fin de sixième, on lui a demandé d’être plus incisif, notamment avec son uppercut gauche, il a ouvert la machine.»

Au huitième, le travail effectué depuis le début du combat a payé, Paredes visitant deux fois le canevas. À la deuxième occasion, l’arbitre Michael Griffin ne lui a même pas servi de compte.

Un peu plus tard, Kim Clavel (11-0, 2 K.-O.) est venue ajouter le titre NABF des mi-mouches au terme d’un éreintant combat face à Esmeralda Gaona Sagahon (7-4, 0 K.-O.).

Mais tout au long du combat, Clavel est celle qui a porté les meilleurs coups et lancé le plus d’attaques. Les pointages des juges ont été sans équivoque pour cette décision unanime: les trois ont marqué le duel 100-90 en faveur de la boxeuse de Joliette, fort émue après ce duel.

«J’ai tout dédié à la boxe, j’ai quitté ma famille à Joliette, je suis venue à Montréal, avec Danielle (Bouchard, son entraîneuse). Je m’entraîne à temps plein. J’ai une équipe extraordinaire. L’objectif, on vient de l’atteindre.»

En demi-finale, Arslanbek Makhmudov (10-0, 10 K.-O.) n’a fait qu’une bouchée de l’ex-champion du monde Samuel Peter (38-9, 31 K.-O.).

Après avoir envoyé Peter au tapis une première fois après 1:44 d’action, le Nigérian s’est relevé après un pénible compte de neuf.

Makhmudov s’est immédiatement rué sur lui à la reprise. Reculant dans son coin, Peter a fait signe à Steve St-Germain qu’il en avait eu assez et ce dernier a stoppé le combat après seulement 2:23. Makhmudov conserve ainsi son titre NABF des lourds, qu’il mettait en jeu pour une première fois.

Marc Ramsay, l’entraîneur du Russe, souhaitait que son protégé livre des rounds. C’est raté de ce côté. Mais une chose est certaine: Makhmudov est prêt à affronter des boxeurs du top-10 mondial.

Tout juste avant, Simon Kean (18-1, 17 K.-O.) a montré de belles choses dans son combat face au vétéran Siarhei Liakhovich (27-8, 17 K.-O.). Un jab efficace et de belles combinaisons lui ont permis de venir à bout du boxeur de 43 ans quand Alain Villeneuve a mis fin au combat après 2:04 du 10e round. Kean a ainsi mis la main sur le titre International Silver des lourds du World Boxing Council.

Même si Liakhovic n’avait pas livré un combat depuis deux ans et qu’il en était seulement à sa troisième présence sur le ring en cinq ans, il a obligé le Trifluvien à puiser au fond de ses ressources. Le «Loup blanc» s’est même permis d’ébranler Kean avec de solides gauches aux huitième et neuvième.

Kean a toutefois pincé Liakhovic à mi-chemin du 10e round et le Bélarusse n’a pas pu s’en remettre. Après que Kean eut asséné près d’une dizaine de coups sans réplique, Villeneuve s’est interposé et Liakhovic n’a pas trouvé à redire.

Akhmedov terrasse Villalobos

Dans un combat violent et salaud, Sadriddin Akhmedov (11-0, 10 K.-O.) a passé le K.-O. à l’Argentin Jose Antonio Villalobos (12-6-2, 7 K.-O.) à 1:27 du septième round.

Les deux super-moyens s’étaient jusque-là livré un vrai combat de ruelle: coups après les demandes d’arrêt de l’arbitre, coups de tête, coups avec l’intérieur de la main, tout y est passé. Albert Padulo fils, le troisième homme dans le ring, en a eu plein les bras.

Il n’a d’ailleurs pas apprécié les petits pas de danse exécutés par Akhmedov après que ce dernier eut envoyé son adversaire au tapis.

Le super-léger Mathieu Germain (18-1-1, 8 K.-O.) a de son côté retrouvé le sentier de la victoire. Après une amère défaite contre Uriel Perez en septembre, Germain a triomphé par décision unanime (80-72X2, 79-73) face à Gilberto Meza (11-9-1, 7 K.-O.). Le Montréalais de 30 ans n’a toutefois pas affiché l’énergie qu’il avait à son début de carrière.

En levée de rideau, Martine Vallières-Bisson (1-0) a bien amorcé sa carrière professionnelle en triomphant de la Tchèque Tereza Dvorakova (0-3). La poids plume de Montréal a eu la faveur de deux juges, 39-37; le troisième a vu un combat nul de 38-38.

Finalement, le super-plume Avery Martin-Duval (4-0, 3 K.-O.) a inscrit un retentissant K.-O. face à Raul Corona (2-3, 0 K.-O.). Martin- a triomphé à 1:24 du deuxième round.

Frédéric Daigle, La Presse canadienne