Uncategorized

État islamique: une brèche dans la coalition?


Quand le vice-président américain, Joe Biden, accuse nommément ses partenaires au Moyen-Orient d’être derrière la montée fulgurante du groupe État islamique (EI), est-ce une bourde ou une brèche dans la coalition?

Selon l’AFP, jeudi dernier, en marge d’un discours prononcé à la Harvard Kennedy School, Joe Biden a affirmé que le plus gros problème de l’Amérique était ses grands amis et alliés au Moyen-Orient, notamment les Turcs, les Saoudiens et les Émiratis. 

Pour renverser le président syrien Bachar al-Assad, ces nations ont mené une guerre par procuration entre les sunnites et les chiites et ils ont fourni des centaines de millions de dollars et des dizaines de milliers de tonnes d’armes. Joe Biden a même précisé que ce sont Al-Nosra, Al-Qaïda et les djihadistes étrangers qui ont profité de cet argent.

Toujours selon l’AFP, Joe Biden a même affirmé qu’Erdogan, le président de la Turquie, était un «bon ami» et qu’il lui avait récemment déclaré: «Tu avais raison. On a laissé passer trop de gens. Maintenant, nous essayons de fermer la frontière.»

Rapidement, la presse internationale a rapporté les réactions vives des mis en cause. Le président turc et les Émirats arabes unis se sont indignés et ont fermement dénoncé et nié les propos de Joe Biden.
Certes, le vice-président américain s’est excusé tout en valorisant les engagements et les sacrifices des alliés et partenaires de l’Amérique dans la région dans leur combat contre les djihadistes.

Toutefois, était-ce vraiment une bourde? Joe Biden a-t-il juste dit tout haut ce que beaucoup d’Américains pensent? Une revue des médias américains est limpide là-dessus. Là-bas, les plateaux télés pullulent d’analystes qui mettent en doute la volonté des musulmans de la planète de combattre les djihadistes.

Pourtant, malgré la grogne de la rue musulmane à cause du soutien indéfectible de l’Amérique à Israël aux dépens des Palestiniens, depuis la première guerre du Golfe, les monarchies arabes ont déroulé le tapis rouge aux Américains. Les plus grandes casernes militaires de l’Oncle Sam à l’étranger sont implantées dans le Golfe Arabique. De plus, presque la totalité des États musulmans sunnites collabore étroitement avec les États-Unis dans sa lutte contre le terrorisme.

La création et la montée en puissance rapide de l’EI sont le résultat d’un cocktail explosif incluant l’invasion injuste de l’Irak par George W. Bush et ses faucons, la guéguerre entre les chiites de l’Iran et les sunnites de l’Arabie saoudite, l’opportunisme russe et chinois, la politique de division de l’ancien premier ministre chiite irakien, Nouri al-Maliki, le jeu trouble de la Turquie, l’aveuglement sanguinaire de Bachar al-Assad et l’inaction de Barack Obama!