Journal Métro

Prévisions et vœux pour 2018

Invariablement, chaque nouvelle année traîne avec elle son lot d’espoirs. Certains réalistes, d’autres fantasmagoriques. Et que nous réservent les 362 prochains jours? Je n’en sais, bien entendu, pas davantage que vous. Mais si le passé est garant de l’avenir, il est loisible d’en tirer quelques indices. Voici ainsi, pour le simple plaisir, quelques prédictions.

Les résultats de 
l’élection québécoise
Hissée un peu trop rapidement au sommet des sondages, la CAQ de François Legault en vient, graduellement, à perdre des plumes. La raison? Deux. D’abord, 
la propension de son chef 
à commettre des bourdes 
au moment inopportun 
(qu’a-t-il gagné, au fait, depuis son entrée en politique?). Ensuite, la faiblesse de son équipe. Résultat? 
Le PLQ profite de la scission 
du vote entre CAQ et PQ afin 
de se faufiler, et remporte un gouvernement minoritaire. La Coalition devient l’opposition officielle.

La surprise
Délaissé par son caucus et nombre de ses propres militants, Jean-François Lisée en vient à perdre son comté de Rosemont aux mains de Québec solidaire, lequel réussit d’ailleurs à percer quelques autres comtés de l’est de Montréal (Hochelaga, notamment).

Bonjour la police
Malgré maintes annonces dans les médias, les «prédictions» du chef de l’UPAC, Robert Lafrenière, tombent à plat. Aucune accusation contre Guy Ouellette (arrêté par le même corps policier, alors en plein conflit d’intérêts). Idem pour Jean Charest, dont l’enquête n’en finit plus de (ne pas) finir. Vu les promesses bafouées et sa surpolitisation, il sera temps, pour Lafrenière, de passer à autre chose.

Normandeau et Jordan
L’arrêt des procédures contre Normandeau et compagnie? Dream on. De un, parce que Jordan, contrairement à la croyance populaire, offre une flexibilité intéressante aux tribunaux. De deux, parce que si vous êtes juge, justement, souhaitez-vous être celui ou celle qui empêchera la tenue du procès de l’ex-vice-première ministre? Non.

L’avenir de la Loi 62
Invalidée du fait de ses aspects arbitraires contraires aux Chartes. Idem pour 
sa violation et du droit à 
l’égalité, aussi protégé.

Année préélectorale 
à Ottawa
Inquiet de la remontée des conservateurs et du NPD, et conscient de la faiblesse de son cabinet, Justin Trudeau procédera à un important remaniement ministériel. Certains de ses ministres ayant déçu, pensons Joly, McKenna et Wilson-Raybould, perdent en grade. Pas impossible non plus qu’on attire une ou deux vedettes en leur promettant, même avant d’être élues, un poste de ministre.

Environnement
Pendant que Catherine McKenna patauge en vantant les vertus de nouveaux pipelines, la nouvelle ministre québécoise, Isabelle Melançon, étonne par certaines mesures audacieuses.

***

Il est convenu, bien sûr, que les présentes prédictions me seront balancées au visage au fur et à mesure qu’elles s’avéreront, complètement ou partiellement, erronées. Fait partie de la game, comme dirait l’ancien directeur général du Canadien, Marc Bergevin (voilà pour ma prédiction sportive).

Du reste, lecteurs et lectrices, permettez-moi de vous offrir mes meilleurs vœux pour 2018. Que celle-ci en soit une où on réalise la nécessité d’agir, immédiatement, en matière environnementale. Que la substance reprenne, dans le débat public, la place qui lui revient d’office. Que ralentisse la balkanisation de nos sociétés. Que revive le dialogue idéologique. Que les intellectuels envahissent, à cet effet, les tribunes. Que reculent, enfin, racisme et xénophobie. Utopique? Sûrement. Mais dixit Lennon: «You may say, I’m a dreamer, but I’m not the only one…»