Yves Provencher/Métro Les nouveaux propriétaires du complexe de la Maison Alcan songent à ériger une tour de 30 étages derrière ces immeubles historiques, ce qui nécessiterait en partie la démolition de certains d’entre eux.

La Ville de Montréal doit prévoir une deuxième assemblée publique sur le controversé projet de réaménagement de la Maison Alcan, estime Luc Ferrandez, le chef intérimaire de l’opposition officielle Projet Montréal.

La première assemblée publique, tenue le 25 juin, n’a attiré aucun participant. «C’est signe que l’assemblée s’est tenue au mauvais moment et [qu’elle a été] annoncée avec les mauvais moyens de communication», a affirmé mercredi M. Ferrandez. L’avis annonçant l’assemblée a été publié huit jours avant la rencontre dans Le Devoir et sur le site de l’arrondissement Ville-Marie. «Qu’est-ce que ce serait d’envoyer un courriel aux 500 associations et particuliers qui s’intéressent à l’urbanisme et au patrimoine à Montréal?», a poursuivi l’élu.

Les nouveaux propriétaires de l’ensemble de bâtiments qui forment la Maison Alcan – dont le Cirque du Soleil – souhaitent construire une tour commerciale de 30 étages d’une hauteur de 120 mètres à l’arrière de ces immeubles au coin des rues Sherbrooke et Stanley. Le projet prévoit ainsi l’unification de certains immeubles, dont ceux de la Maison Alcan, et la démolition de certaines parties, pour former ce complexe immobilier où tous les bâtiments seront reliés par un espace de circulation intérieure.

Le siège social de Rio Tinto Alcan, l’un des immeubles patrimoniaux faisant partie de la Maison Alcan, déménagera en 2016 dans la nouvelle Tour Deloitte, au sud du Centre Bell.

L’arrondissement Ville-Marie n’a reçu aucune demande de citoyens pour la tenue d’un registre qui aurait exigé la tenue d’un référendum sur le projet. La date limite était le 20 juillet dernier.

Luc Fernandez11«[Ce projet] c’est un «game changer». Est-ce que les Montréalais sont à l’aise avec ce changement de paradigme ? Si oui, soit. Ils auront l’occasion de se prononcer en assemblée publique, mais au moins, qu’ils en prennent conscience et qu’ils se prononcent», a avancé M. Ferrandez.

Le chef intérimaire de l’opposition officielle s’inquiète pour le «précédent» que ce projet créerait au centre-ville, spécifiquement au Mille carré doré, un secteur contenant plusieurs immeubles patrimoniaux.

«Ça veut dire que quelqu’un qui possède quelques immeubles de deux ou trois étages au centre-ville pourrait décider de les fusionner et de demander une construction en hauteur comme s’il était propriétaire d’un immeuble de 10 étages», explique-t-il.

Il estime que cette nouvelle pratique pourrait changer l’esprit du centre-ville et que les demandes du genre pourraient se multiplier, comme cela a été le cas dans Griffintown et Pointe-Saint-Charles.

«Lorsqu’on a une maison cossue, qui a appartenu au Mille carré doré, qui a tout son intérieur, ses salles, son esprit, sa cour, qu’on garde juste les pierres du devant et qu’on construit une tour à l‘arrière, on modifie profondément le centre-ville. La beauté du centre-ville de Montréal, c’est que c’est un centre-ville à échelle humaine. Conservons-le», a fait valoir M. Ferrandez.

Dans une lettre ouverte à paraitre jeudi, le maire de Montréal, Denis Coderre, et le responsable de la stratégie pour le centre-ville au comité exécutif, Richard Bergeron, affirment que toutes les règles de publicités et de consultation dans le cas d’un changement de zonage ont été «scrupuleusement respectées». «Montréal, métropole UNESCO de design, ne peut se satisfaire des «Moi, j’aime» ou «Moi, j’aime pas» des uns et des autres pour statuer sur la qualité d’un projet de développement immobilier», ajoutent-t-ils, précisant qu’un travail a été fait pour «s’assurer de ne pas porter atteinte aux qualités reconnues de la Maison Alcan».

«Durant 20 ans, de 1992 à 2012, il ne s’est pratiquement rien passé au centre-ville. Depuis quelques années, le centre-ville a retrouvé une formidable vitalité. Le projet soumis pour le redéveloppement de l’îlot Alcan […] témoigne de cette confiance», estiment les deux élus.

Le conseil d’arrondissement de Ville-Marie doit donner son approbation finale en septembre à la demande de dérogation de 60 mois au règlement d’urbanisme de l’arrondissement. Les deux premières lectures de la résolution ont été adoptées à l’unanimité.

«Les membres du conseil pourraient toujours voter contre le projet à la séance ordinaire du mois de septembre, mais ils s’exposeraient à des poursuites des demandeurs», a indiqué à Métro l’arrondissement de Ville-Marie.

Le Comité consultatif d’urbanisme de l’arrondissement devra également réviser le projet avant l’émission du permis de transformation. Le 14 mai, les membres de ce comité ont émis un avis favorable au projet.

«Enfin, ce n’est pas parce qu’un projet particulier est autorisé par l’arrondissement qu’il voit nécessairement le jour. Les demandeurs doivent financer leur projet, vendre/louer les espaces/logements, etc.», précise l’arrondissement.

Le Conseil du patrimoine de Montréal et le Comité Jacques-Viger ont étudié le projet le 15 mai dernier. Dans leur avis, les représentants disent avoir «un malaise devant la transformation majeure du site de la Maison Alcan […] et considèrent que le projet devrait s’arrimer davantage avec l’esprit qui a guidé le projet de conservation de la Maison Alcan au début des années 1980». Ils recommandent notamment de revoir «le positionnement de la tour de manière [à] respecter l’esprit du lieu» et «revoir la volumétrie du projet de manière à ce qu’elle soit compatible et harmonieuse avec le reste de l’îlot».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!