Denis Labine Seule élue de l'équipe du maire Denis Coderre à LaSalle, Monique Vallée est membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Le mouvement de protestation de certains maires d’arrondissement à la suite du rapatriement du matériel roulant par Montréal ne prendra pas d’ampleur, selon la conseillère de ville de LaSalle Monique Vallée. Cette dernière va même jusqu’à dire que s’ils [les maires] «veulent défusionner, ça ne donnera pas grand chose».

«Je pense qu’il y a des maires qui sont là depuis longtemps et ça devient de petits royaumes. Les maires Luis Miranda (Anjou) et Normand Marinacci (L’Île-Bizard–Saint-Geneviève) critiquent souvent, mais dans le cas de LaSalle, ça m’a surpris».

Celle qui est aussi membre du comité exécutif de la Ville de Montréal dit ne pas trop comprendre la réaction de certains maires, dont la mairesse de LaSalle, Manon Barbe, concernant le rapatriement de certains pouvoirs à la ville-centre.

«C’est une nouvelle façon de gouverner qui ne plaît pas à ces gens-là et ils ont le droit de penser autrement», soutient la seule élue de l’équipe du maire Denis Coderre au conseil d’arrondissement de LaSalle.

Avantages
Monique Vallée en rajoute et se dit même persuadée que les gens de LaSalle ont tout à gagner en demeurant dans la Ville de Montréal.

La conseillère de ville vante les avantages dont profite LaSalle depuis la fusion, à son avis. Elle souligne que les réfections de plusieurs rues artérielles, comme la rue Clément et l’avenue Dollard, «sont financées par Montréal, mais la mairesse Barbe ne le dit pas».

Elle rappelle que la réforme du financement des arrondissements de l’Administration Coderre a permis à LaSalle de reprendre le manque à gagner qu’il subissait depuis les fusions. «LaSalle en recevait le moins et c’est nous qui en recevons le plus maintenant. Beaucoup de choses sont payées par Montréal et je ne vois pas en quoi on serait désavantagé de faire partie de la ville centre», dit-elle.

Rappelons que LaSalle vient d’annoncer une baisse de la taxe locale de 2M$. En 2014, une étude a démontré que LaSalle était l’arrondissement le plus sous-financé. Le rétablissement du financement de LaSalle est échelonné sur cinq ans, d’ici 2019. Pour 2017, LaSalle recevra la troisième tranche de cette réforme, soit un ajustement d’environ 1,4 M $.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus