Graeme Villeret Une «immigration heureuse» d'un Français, au cœur du Plateau-Mont-Royal

Résident français du Plateau Mont-Royal, Graeme Villeret raconte toute une expérience de vie dans son roman autobiographique, Une décennie canadienne.

Lui et sa femme Stéphanie rêvent d’aventure. Ils veulent quitter leur «vie de fou» qui ne tourne qu’autour de leur startup qu’ils essayent de développer.

Comme de nombreux Français, ils décident de quitter leur vie parisienne en 2001, et de venir s’installer dans le «grand froid canadien». Pas si froid d’ailleurs, car ils connurent la chaleur étouffante du mois de juin, dès leur arrivée à Montréal.

Après avoir été aidé par des dizaines de guides et de bouquins pour s’installer au mieux dans son nouveau pays et passionné d’écriture depuis l’adolescence, Graeme a voulu écrire sa propre histoire, en format roman.

Premières découvertes et désillusions, anecdotes et galères, l’auteur nous plonge dans un dépaysement total, que tous Français ou immigrés peuvent comprendre et ont pu rencontrer.

«Le livre suit le cours de notre arrivée à Montréal, raconte-t-il. Beaucoup d’anecdotes qui arrivent à tout le monde ; les gens vont se reconnaître et d’autres vont découvrir ou redécouvrir leur pays ou leur ville.»

Car le couple n’est pas resté pendant 10 ans les bras croisés au cœur de la métropole.

Après avoir parcouru le Canada en voiture, visiter toutes les provinces, mais aussi admirer le Québec du Lac-Saint-Jean, en passant par Trois-Pistoles, jusqu’à Gatineau, ces férus de voyage ont beaucoup à partager.

Le Plateau, un petit village

Mais leur lieu de vie préféré reste celui qu’ils ont connu rapidement à Montréal, un quartier plein de vie, «un petit village où on peut tout faire à pied ou à vélo»: le Plateau-Mont-Royal.

Après avoir vécu dans plusieurs quartiers de la ville, leur coup de cœur s’est définitivement arrêté sur celui avec son beau parc Lafontaine, ses petites rues et sa vie de quartier avec restaurants, magasins et friperies à tout va.

«Alors que c’est un des quartiers les plus denses du Canada avec près de 150 000 habitants, on s’y sent comme dans un petit village ; il y a une vie foisonnante qu’on ne retrouve pas forcément dans d’autres coins de la Ville», lance ce passionné de géographie et de démographie, éditeur de dizaines de sites web, comme Populationdata.net.

Le fait de pouvoir tout faire à pied était primordial pour le couple qui y trouve une très bonne qualité de vie.

«Dans l’hypercentre ce n’est pas vivable, il n’y a pas de verdure, beaucoup de grandes tours, de grandes avenues et beaucoup de bruits, commente l’auteur. Nous avons une chance extraordinaire d’avoir un quartier pareil.»

Plus de 10 ans sont passés et Graeme et Stéphanie sont aujourd’hui citoyens canadiens. Ils accueillent avec bonheur les nouveaux arrivants et transmettent avec plaisir leur expérience, comme on peut le lire à la fin du livre.

Les Français sont partout à Montréal, à chaque coin de rue, dans chaque boutique, entreprise, ou restaurant de la ville. Ce livre est écrit pour eux, mais aussi pour tous ceux qui veulent redécouvrir leur Canada à travers la vision d’une «immigration heureuse» de jeunes Français.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!