La facture de nettoyage à la suite des actes de vandalisme commis à l’école Louis-Dupire l’été dernier a coûté 25 000 $ à la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Les vandales s’en étaient donné à cœur joie, le 30 juin dernier, en lançant de la peinture sur les murs, en utilisant un boyau d’arrosage pour inonder certaines classe, en renversant les pupitres, chaises et bibliothèques à leur portée avant de prendre la fuite.

Pour remettre les lieux en état, plusieurs enseignants et directions d’établissements scolaires du quartier ont prêté main-forte à la compagnie chargée de tout nettoyer.

La facture totale se chiffre à 27 564 $ et la CSDM a dû débourser 25 000 $, soit l’équivalent du montant de sa franchise, le reste étant assumé par la compagnie d’assurance.

À la suite de l’incident, l’installation de caméras de surveillance a fait l’objet de discussions. Le scénario n’a toutefois pas été retenu.

«C’était la première fois qu’un tel événement du genre se produisait à la CSDM. Je continue de croire qu’il s’agit d’un geste isolé et c’est pourquoi nous n’avons pas installé de caméras de surveillance. Un tel système coûterait très cher», indique Émilie Auclair, commissaire scolaire de Mercier.

La rentrée 2016-2017 à Louis-Dupire a eu lieu comme prévu. Tous les travaux ont été réalisés durant la saison estivale avant le retour des élèves.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus