Steve Caron/TC Media Les changements proposés pour déménager la soixantaine de jardinets situés dans la partie nord un peu plus au sud dans le parc Dupéré ne font pas l'unanimité.

L’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM) souhaite bonifier les aménagements du parc Dupéré et améliorer l’accessibilité du site. Le projet ne fait toutefois pas l’unanimité auprès des citoyens et usagers du parc.

Présentement, la vocation première du parc est celle de jardin communautaire. Le site, bordé par les rues Saint-Donat et Forbin-Janson au nord de la rue Sherbrooke dans Mercier-Est, accueille 132 jardinets. Les lieux le long des rues sont clôturés et seuls les jardiniers y ont accès.

Un vaste espace vert adjacent au jardin communautaire est pour sa part circonscrit par le centre d’hébergement Pierre-Joseph-Triest, une ruelle privée et les terrains du centre jeunesse du Mont Saint-Antoine. Il est inutilisé actuellement et l’arrondissement aimerait aménager les lieux pour que les citoyens puissent se l’approprier.

Les changements proposés par l’arrondissement visent à déménager la soixantaine de jardinets situés dans la partie nord un peu plus au sud pour dégager un espace suffisant et créer une entrée à partir de la rue Forbin-Janson.

Quelques sentiers, des tables à pique-nique et des plantations complèteraient le tout.

Un projet qui permettrait d’améliorer l’accessibilité du parc et de créer une entrée invitante et ouverte aux gens, indique l’arrondissement.

Mais cette option n’a pas plu à plusieurs des citoyens assistant à la consultation publique. Certains n’hésitant pas à remettre en question les intentions de l’arrondissement.

Les utilisateurs du jardin communautaire ont déposé une pétition pour dénoncer le projet. Ils ne comprennent pas la nécessité de modifier leur espace en déplaçant une soixantaine de jardinets. Ils réclament plutôt le statu quo.

D’autres s’inquiètent pour la tranquillité des lieux. En ouvrant l’espace, ils craignent que le site ne devienne le lieu d’attroupements, puisque le centre jeunesse, des habitations à loyer modique (HLM), une école secondaire et la station de métro Honoré-Beaugrand se trouvent à proximité du jardin.

Des investissements en aménagement urbain augmentent la sécurité et non pas le contraire, a toutefois nuancé une dame qui est favorable à la proposition de l’arrondissement.

Toute la portion ouest du parc, qui est présentement vacante, demeure à définir. Des citoyens ont assisté à la consultation publique dans l’espoir de se pencher sur l’avenir de cette partie du parc. Ils ont été déçus de la tournure des événements.

Ils veulent des aménagements qui permettront aux familles, aux garderies du quartier et aux jardiniers de tous cohabiter harmonieusement.

«Si on investit des milliers de dollars pour aménager le parc, nous n’avons pas le choix de le rendre plus accessible, ce qui implique qu’il faut revoir l’aménagement existant», de souligner Réal Ménard, maire de l’arrondissement.

Celui-ci a demandé un sursis afin de trouver un compromis acceptable pour tous. Il comprend que les citoyens préféreraient que moins de jardinets soient déplacés.

Le maire rencontrera donc des représentants des citoyens pour étudier de nouvelles options et s’est engagé à ensuite tenir une nouvelle consultation.

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus