La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a envoyé une mise en demeure au président d’un comité de parents d’une de ses écoles dans laquelle elle lui interdit de se présenter sur les terrains de l’établissement, même pour aller chercher ses enfants. Elle lui reproche d’avoir mené une campagne de dénigrement contre l’école et son directeur.

Serge Canuel est président de l’organisme de participation des parents (OPP) de l’école Guillaume-Couture, depuis sa création en 2016-2017. Il participe assidument aux diverses réunions de l’école à titre de président de l’OPP pour réclamer, notamment, le retour des programmes de musique et d’anglais intensif.

Mais la CSDM voit d’un autre œil son engagement.

«Sous le couvert de votre rôle au sein de l’OPP, vous avez tenu des propos dénigrants par lesquels vous avez remis en question son autorité et ses compétences ainsi que son engagement envers l’école, ce qui a eu pour effet de porter atteinte à l’image et à la réputation de M. Maisonneuve (directeur)», écrit-on.

Les propos auraient été tenus auprès de parents et de membres des instances de l’école, semant le doute sur l’intégrité de la direction, allègue la CSDM. La conduite de M. Canuel aurait aussi eu des effets néfastes sur le fonctionnement du conseil d’établissement.

La lettre, qui a été envoyée par huissier le 1er février, vise également la conjointe de M. Canuel. Toute communication au sujet des enfants du couple devra se faire exclusivement par l’entremise de la mère. Cette dernière devra préalablement s’adresser à la directrice d’unité de la CSDM, qui elle, verra à faire le lien avec l’école lorsque nécessaire.

«Nous n’envoyons pas une mise en demeure pour le plaisir», de mentionner Émilie Auclair, commissaire scolaire de Mercier, sans vouloir entrer dans les détails du dossier, référant plutôt TC Media aux avocats de la commission scolaire.

Incompréhension

La missive a été reçue «comme une onde de choc» par le couple.

«On ne m’a jamais rien reproché. Je ne comprends pas pourquoi on s’en prend ainsi à nous», dit M. Canuel.

Les membres de l’OPP ont toutefois leur petite idée.

«Nous avons posé plusieurs questions concernant les résultats scolaires des élèves et le projet éducatif de l’école. Cela s’est toujours fait de façon très cordiale. C’est une forme d’intimidation», soutiennent Zahia Belaid et Abdel Bouloudene, tous deux membres de l’OPP.

À la suite de la réception de la mise en demeure de la CSDM, M. Canuel et sa conjointe ont entrepris à leur tour des démarches juridiques par l’envoi de leur propre mise en demeure à l’endroit de la commission scolaire.

M. Canuel réfute toutes les critiques formulées à son endroit.

«Votre cliente (CSDM) est formellement mise en demeure de confirmer par écrit la rétractation de ses propos visant l’interdiction de nos clients de se présenter à l’école Guillaume-Couture ou sur son terrain et de communiquer, par quelque mode que ce soit, avec les membres de son personnel ou de ses instances, et ce, dans un délai de 24 heures de la présente», écrit l’avocate du couple le 8 février dernier.

En date du vendredi 10 février, M. Canuel n’avait reçu aucune nouvelle de la part de la commission scolaire à sa mise en demeure.

Alain Perron, porte-parole de la CSDM, a indiqué à TC Media que la commission scolaire et les services juridiques ne feront pas de commentaires dans ce dossier.

 

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!