Collaboration spéciale Avec toutes les compétitions et entraînements auxquels il a pris part, Régent Lacoursière a nagé l'équivalent de 74 676 kilomètres, soit presque deux fois le tour du monde.

Il a bravé des océans, traversé les eaux froides du Lac Saint-Jean et parcouru des centaines de milliers de kilomètres à la nage. Régent Lacoursière, un athlète hors du commun, a marqué son époque.

En 28 ans de carrière, les exploits du nageur professionnel de longue distance, se comptent par centaines, comme en font foi ses 229 trophées et 300 médailles. Dans le cadre ses compétitions, M. Lacoursière a nagé aux quatre coins de la planète en compagnie des plus grands athlètes internationaux de son sport.

Il a pris part à 15 traversées du Lac Saint-Jean et a remporté l’épreuve en 1960.

Il a également affronté les eaux des océans Pacifique et Atlantique, de la mer Méditérranée, du canal de La Manche; au Mexique, en Argentine, au Canada, en Italie, en Angleterre.

Il a été invité à nager au Brésil, en Égypte et également dans plusieurs villes des États-Unis.

Le nageur, résident d’Anjou depuis près de 50 ans, a été admis au Temple de la renommée de la natation internationale à Fort Lauderdale, en Floride, et élu au Temple de la renommée de la natation longue distance en 1978. En 2010, le nageur a été admis au Panthéon des sports du Québec.

Certains n’hésitent pas à le qualifier de Wayne Gretzky ou encore de Jean Béliveau de la natation.

Michel Bérubé, directeur performance relève et développement à la Fédération de natation du Québec, se rappelle très bien de M. Lacoursière.

«Il a été un modèle pour moi. Je suivais assidûment ses exploits au 24H de La Tuque, une compétition qu’il a remportée à plusieurs reprises. C’est une légende de la natation en eau libre. Il m’a donné le goût de faire moi-même de la compétition.»

Son école de natation, ouverte en 1970 sur la rue Jarry Est, est toujours en activité après 47 ans. Plus de 3 millions de leçons y ont été prodiguées et des milliers d’élèves ont été entraînés par M. Lacoursière.

«Il est un monument de sa discipline. Il a marqué son sport et pour nous, c’est un grand honneur de poursuivre la mission de son école de natation à ses côtés», raconte Éric Beaudoin, président-directeur général de Loisirs 3000.

Son parcours riche en anecdotes est raconté dans son autobiographie «L’homme de l’eau», paru en mars dernier.

«Lorsque je revenais de mes compétitions, ma femme Mary prenait en notes mes différentes histoires et conservait soigneusement le tout. C’est grâce à elle que le livre a pu voir le jour. Elle a été la pierre angulaire du projet, avant de décéder un peu avant sa sortie», confie-t-il.

Une vie remplie qui l’a comblé à bien des égards: une épouse qu’il chérissait, des enfants en santé et toujours la même passion pour la natation et l’enseignement.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus