La construction de 3000 nouvelles unités d’habitation dans le secteur Assomption Nord est peut-être un peu trop ambitieux, selon l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), qui recommande à l’arrondissement de «réévaluer ses objectifs ou ses options».

Depuis plusieurs années, le développement du secteur Assomption nord est axé sur un projet résidentiel pour les familles cohabitant avec l’industrie. Il s’agit de la pierre angulaire du projet.

Or, la capacité d’accueil du «secteur destiné aux projets résidentiels n’a pas été démontrée», selon les membres de l’OCPM.

Ce qui est actuellement prévu au Plan particulier d’urbanisme (PPU) Assomption nord, c’est que les projets résidentiels longeraient le côté sud de la rue Sherbrooke, entre les rues Viau et Dickson, et aussi sur le côté est du boulevard de l’Assomption jusqu’à l’avenue Pierre-de-Coubertin. Le secteur compte notamment deux terrains vacants en friche pour un total de quatre hectares.

L’OCPM se demande comment 3000 logements pourront être accueillis dans un espace aussi restreint sans remettre en question la présence d’industries.

Pour l’OCPM, «il faudrait que des terrains occupés par d’autres usages deviennent disponibles ou que MHM agrandisse le secteur où la fonction habitation serait autorisée», écrit l’organisme dans son rapport.

Une proposition qui va dans le sens de la vision des élus de Projet Montréal de l’arrondissement.

«Une cohabitation harmonieuse passe par un élargissement de la zone résidentielle. Il n’y a pas encore eu de réflexion sur la typologie des logements et nous devrons nous pencher sérieusement sur ces deux questions si nous voulons que le projet réponde aux besoins des familles», indique Laurence Lavigne Lalonde, conseillère de Maisonneuve – Longue-Pointe.

L’élue municipale verrait d’un mauvais œil que le volet résidentiel soit majoritairement constitué de studios.

La commission recommande à l’arrondissement de considérer la possibilité d’étendre l’aire d’accueil de la fonction résidentielle à l’ensemble du territoire compris entre le boulevard de l’Assomption et la rue Dickson jusqu’à la rue Hochelaga.

Le maire de l’arrondissement, Réal Ménard, n’est pas contre si cela s’avère nécessaire. Il ne croit toutefois pas que ce soit le cas.

«Nous ne sommes pas fermés à cette idée. Les évaluations faites par nos services indiquent que nous devrions être en mesure d’accueillir les 3000 unités d’habitation prévues sur l’espace à notre disposition.»

Pour ce qui est du reste du rapport, le maire accueille positivement les recommandations de l’OCPM. Il a l’intention de donner suite à la suggestion d’impliquqer les divers acteurs de la communauté dans la réalisation du projet.

Dans les prochaines semaines, il annoncera la mise sur pied du comité ainsi que sa composition.

Le rapport de l’OCPM sera déposé au conseil municipal de la Ville de Montréal de juin. Après quoi l’arrondissement travaillera à l’élaboration de sa réglementation, qui elle, devrait être adoptée dans quelques mois.

Recommandations de l’OCPM dans le dossier l’Assomption nord
-Que les entreprises existantes puissent demeurer en place de plein droit plutôt que de devenir dérogatoires

-Que l’arrondissement réévalue ses objectifs ou ses options, la capacité d’accueil des projets résidentiels n’ayant pas été démontrée

-Que l’arrondissement mobilise tous les acteurs et utilise davantage de moyens, incluant l’acquisition de terrains et la mise en réserve foncière, pour atteindre les objectifs de 15% de logement abordable et 15% de logement social

-Que l’arrondissement s’assure de la diversité de la typologie résidentielle pour assurer la mixité sociodémographique et répondre aux besoins des différentes clientèles

-Que l’arrondissement considère d’étendre l’aire d’accueil de la fonction résidentielle

-Que les nouveaux édifices, les voies et les espaces publics soient tenus de satisfaire aux exigences de l’accessibilité universelle

-Que l’arrondissement fasse connaître rapidement ses intentions quant à la réutilisation du terrain de la cour de services Chauveau à des fins publiques et communautaires

-Que si la construction d’une école s’avère nécessaire, qu’elle le soit à l’endroit le plus avantageux pour servir les activités récréatives, culturelles et sportives de la population avoisinante

-Que l’arrondissement se dote d’un véritable plan de verdissement touchant à la fois le domaine public institutionnel et privé

-Que l’arrondissement prévoit un plan des déplacements mettant l’accent sur les transports actifs et collectifs, la sécurité des piétons et l’accessibilité universelle

-Que l’arrondissement inclut toutes les parties prenantes à la mise en œuvre du PPU en mettant sur pied un bureau de projet et un comité de suivi multipartite

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!