La principale solution mise de l’avant par les résidents de la rue Haig, qui habitent entre les rues Notre-Dame et Hochelaga, pour diminuer le nombre de poids lourds qui circulent jour et nuit dans le secteur ne verra pas le jour.

Les maisons et les propriétaires du secteur souffrent de la circulation lourde sur leur artère. Des verres se frappent et se cassent dans les armoires, les tableaux doivent constamment être réalignés sur les murs, les résidences vibrent, les réparations de fissures doivent se faire sur une base régulière (tous les six mois) et le sommeil des citoyens est perturbé.

Une signalisation a été ajoutée au coin de la rue Notre-Dame pour rappeler aux camionneurs que la circulation de transit est interdite sur le tronçon, une partie de l’asphalte sera refait cette année et les travaux seront parachevés l’an prochain.

La principale demande des propriétaires, une entrée sur la rue Tellier pour le centre de distribution de UAP-NAPA, ce qui donnerait un accès direct aux camionneurs qui n’auraient plus à passer devant les demeures, ne sera pas réalisée.

« Les coûts de l’entrée sont aux frais de l’entreprise. Nous ne pouvons la forcer à réaliser les travaux. Celle-ci ne veut pas aller de l’avant », indique Gaëtan Primeau, conseiller du district de Tétreaultville et président du comité de circulation de l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM).

L’arrondissement a mené des opérations de surveillance de jour dans le secteur et le nombre de camionneurs fautifs ne serait pas significatif. Ce qui fait dire au conseiller municipal que la situation s’est améliorée, sans toutefois être idéale.

« Si la compagnie change d’idée, nous serons là pour faciliter les opérations, ajoute M. Primeau. C’est ce que nous pouvons faire. »

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!