Au cours des derniers mois, les médias ont regorgé d’histoires aussi invraisemblables que sordides. Est-ce que notre système de justice a des failles et laisse trop de chances aux suspects?

Il y a quelque temps, l’affaire Turcotte ébranlait la province de Québec au grand complet. Cet homme qui semblait avoir tout pour être heureux, n’acceptant pas l’échec de sa vie amoureuse, a tué ses deux jeunes enfants, avouant son crime.

Alors qu’il a été reconnu coupable par un jury, mais tenu non criminellement responsable, il souhaite maintenant retrouver sa liberté afin de pouvoir refaire sa vie et même fonder une nouvelle famille…

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/01/12/003-turcotte-audience-reprise.shtml

Les bribes de témoignages qui nous proviennent du procès Shafia qui se tient présentement à Kingston en Ontario me laissent perplexes. Notre justice est-elle si risible?

http://www.radio-canada.ca/regions/Ontario/2012/01/12/007-shafia-jeudi-retard.shtml

Et plus récemment,  un dénouement digne d’un grand classique du théâtre, mis en scène avec une rare froideur.

Paul Laplante, suspect numéro un à la suite de la mystérieuse disparition de sa femme, a  été accusé de son meurtre.

Il a choisi de se suicider. Mais l’ultime affront réside dans les lettres qu’il a griffonnées avant de s’enlever la vie, déshéritant ses enfants et souhaitant reposer éternellement aux côtés de leur mère…

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/01/11/001-laplante-quatre-lettres.shtml

 

Enfin, plus près de nous, heureusement moins tragique, mais néanmoins d’actualité. Il semble que mes chroniques sur le « Côq de l’est » et les « soins personnels « aient été lues par notre maire qui « craignait un effet de contagion ».

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201201/12/01-4485059-serveuses-nues-la-police-a-loeil-sur-trois-autres-restaurants.php

Il ne reste plus qu’à souhaiter que justice soit rendue.

Suzie Miron

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus