Ça fait longtemps que vous y pensez et, ce printemps, c’est décidé, vous allez vous mettre au compostage. Félicitations! Avant de commencer, voici quelques petits trucs qui pourront faciliter votre expérience.

Votre composteur n’est pas obligé de vous coûter cher

Il existe plusieurs modèles de composteurs sur le marché, dont le prix peut varier entre 45 $ et 250 $. Ils sont généralement vendus dans les quincailleries, certains OBNL et jardineries. De manière générale, vos éco-quartiers tiennent des listes à jour des points de vente de composteurs dans l’arrondissement. Pour les bricoleurs, il est relativement facile d’en fabriquer un soi-même avec des matériaux récupérés : une poubelle dans laquelle on fera des trous pour l’aération, du bois de palette récupéré. L’Internet regorge de plans qui pourront inspirer votre démarche.

Les qualités d’un bon composteur

Qu’on le construise soi-même ou pas, certaines qualités doivent être recherchées dans un composteur afin de nous faciliter la tâche :

Sans fond: permettra aux insectes de venir faire un petit tour dans votre composteur afin d’accélérer le processus de décomposition. Cela permettra également à l’excédent d’eau de s’égoutter naturellement vers le sol par température humide.

Hauteur égale à celle de nos hanches (environ 1 m)

Espaces ou trous pour l’aération: un composteur a besoin d’air pour que la chimie se fasse.

Mécanisme de fermeture sur le couvercle et grillage métallique dans le fond: afin d’éviter que la faune urbaine visite votre composteur.

L’emplacement idéal d’un composteur

Maintenant que vous avez votre composteur, il faut l’installer. Plusieurs personnes préfèrerons l’installer loin de la maison afin de ne pas être incommodé par d’éventuelles odeurs (même si un composteur bien entretenu ne produit pas d’odeurs), d’autres préfèreront l’avoir tout près afin d’y avoir accès toute l’année.

En dehors de ces préoccupations, dans un monde idéal, votre composteur devrait être en contact direct avec la terre ou le gazon et dans un endroit qui bénéficie d’un bon drainage. Mettre un composteur dans un coin de la cour où s’accumule l’eau serait une erreur odorante.

La recette d’un compost bien réussi

De l’air, de l’eau, vos restes de légumes et de fruits ainsi que de la matière sèche, c’est tout ce dont votre composteur a besoin pour produire du compost. Bien sûr, la réaction de compostage est plus complexe, mais en retenant ces quatre ingrédients, vous réussirez votre recette à tous les coups. Cela peut sembler un peu optimiste, mais le plus difficile avec le démarrage d’un compost, c’est de prendre l’habitude de l’utiliser. Une fois que c’est fait, le pire est passé. Trois petites choses qui vous faciliteront la tâche :

• Brassez votre compost une fois par deux semaines pour lui donner l’air dont il a besoin.

• Ajouter une quantité égale de matière sèche (feuilles mortes, terre, bran de scie, etc.) à vos restes de cuisine.

• Votre compost devrait être humide comme une éponge mouillée, mais bien essorée : pas plus pas moins. Un déséquilibre au niveau de l’humidité causera souvent de mauvaises odeurs. Un mélange trop sec, quant à lui, ne compostera pas. En cas de mauvaise odeur, l’ajout de matière sèche avec un bon coup de fourche règlera la majorité des problèmes.

Le vermicompostage et le compostage collectif: des solutions pour ceux qui n’ont pas accès à un terrain. Quand on n’a pas accès à une cour extérieure, deux solutions s’adressent à ceux et celles qui voudraient s’adonner à la pratique du compostage : le vermicompostage et le compostage collectif.

Le vermicompostage est une forme de compostage qui se pratique à l’intérieur. Ses principales qualités sont qu’il demande peu d’espace et produit du compost rapidement. Dans un bac de rangement, le ver rouge (scientifiquement appelé Eisenia Foetida), une version miniature du ver de terre qu’on retrouve dans nos jardins, se nourrit d’une majorité de nos déchets de table. C’est une solution pratique et économique pour ceux qui n’ont pas peur des petites bibittes. Le bac est fait d’un contenant de plastique perforé au fond et sur le dessus. Une membrane géotextile est déposée au fond pour éviter les pertes de terre.

Il existe maintenant dans l’arrondissement plus d’une douzaine de sites de compostage collectif. Ces composteurs sont installés soit dans une ruelle, dans un parc ou encore dans une cour d’école. En s’abonnant au site, les membres reçoivent une formation, des documents informatifs et une clef leur donnant accès au composteur. Ces composteurs sont ouverts à tous les citoyens de l’arrondissement. La majorité de ces sites sont gérés et entretenus par vos éco-quartiers.

Vous avez toujours des questions?

Contactez vos éco-quartiers, ils sont votre référence dans l’arrondissement au niveau du compostage et organisent régulièrement des formations sur ces thématiques.

Éco-quartier Hochelaga: 514 521-2280

http://www.ecoquartier-louisriel-hochelaga.org/hoch/

Éco-quartier Maisonneuve-Longue-Pointe: 514 253-5777

http://www.info-yqq.com/

Éco-quartier Louis-Riel: 514 899-0642

http://www.ecoquartier-louisriel-hochelaga.org/lr/lr.html

Éco-quartier Tétreaultville: 514 529-2023 poste 225

http://www.info-yqq.com/

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!