François Lemieux/TC Media Le ministre de la Santé. Gaétan Barrette, a trouvé intéressantes les propositions de fusion des candidats à la direction du CUSM présentées mercredi soir.

La structure du réseau de santé montréalais pourrait bientôt être chamboulée alors que les candidats à la direction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) proposent des projets de fusion ambitieux impliquant le Centre Intégré Universitaire de Santé et Services Sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île et celui du Centre-Ouest, des propositions jugées intéressantes par Québec.

Dix-huit mois après le début de la «réforme Barrette» et le regroupement des centres de santé et services sociaux en CIUSSS, le PDG du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île, Benoît Morin, et celui du CIUSSS du Centre-Ouest, Lawrence Rosenberg, ont présenté leur vision respective de l’avenir du CUSM et de son réseau mercredi soir, à l’Université McGill.

Alors que Morin souhaiterait unir le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île avec le CUSM, son adversaire voudrait, quant à lui, fusionner l’ensemble des centres de santé déjà reliés à la grappe McGill, c’est-à-dire les CIUSSS du Centre-Ouest, de l’Ouest-de-l’Île et le CUSM.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et les membres des conseils d’administration des trois organisations assistaient à la présentation.

«Valeur ajoutée»
«Nous pensons qu’il y a une valeur ajoutée à regarder un alignement entre le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île et le CUSM. Ensemble, nous pourrions créer une force de recherche de classe mondiale», fait valoir Benoît Morin, tout en ajoutant que son projet entraînerait la création d’une structure ayant un budget de 1,6 G$, 22 000 employés et 2300 médecins.

Estimant les deux organisations complémentaires, il a notamment cité en exemple le fait que 80 % des références pour des services tertiaires, qui désignent les formes de soins les plus avancés pouvant inclure une opération complexe, depuis le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île sont déjà envoyées vers le CUSM.

Il ajoute que les possibilités d’avancement de la recherche seraient importantes dans l’optique d’une plus grande collaboration.

Fusion à trois
Vantant sa proposition de fusion à trois, qui créerait un organisme doté d’un budget de 2,5 G$, M. Rosenberg a argué que les centres de santé du CIUSSS du Centre-Ouest, de l’Ouest-de-l’Île et le CUSM partagent déjà des patients, du personnel et des programmes cliniques.

Il déplore que comme les soins sont dispensés de façon indépendante, ils seraient souvent fragmentés, dupliqués et variés d’un établissement à l’autre.

«Les soins ne sont pas assez facilement accessibles et basés sur une information du patient qui est inefficacement partagée. Cela crée un fardeau supplémentaire pour les patients, sans parler de moindre qualité et des soins plus coûteux. Ça doit changer», a-t-il affirmé.

Pas de «mariage forcé»
Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui avait, avec la loi 10 en avril 2015, éliminé les agences de santé et créé les CIUSSS, trouve intéressants les deux projets de fusion, «des visions qui vont plus loin que ce qu’il a mis en place et pourraient mener à une intégration plus grande».

Il a, de plus, indiqué qu’une période de consultation aurait lieu pour permettre d’évaluer les propositions.

«Nous en sommes au jour 1 d’un exercice qui va nous mener ou non en quelque part. Je ne prédis rien. Il n’y aura pas de mariage forcé entre organisations. Il y aura seulement un chemin qui sera parcouru par vous, les membres de vos organisations envers quelque chose qui sera le résultat du consensus le plus grand possible», a-t-il expliqué.

L’ex-PDG du CUSM, Normand Rinfret, a pris sa retraite le 2 septembre.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus