Isabelle Bergeron/TC Media Malgré deux enquêtes sur le climat de travail menées dans son arrondissement depuis 2015, le maire Normand Marinacci, estime que «tout va bien» par rapport aux relations de travail à L'Île-Bizard – Sainte-Geneviève.

Deux semaines avant la prochaine audience du Tribunal administratif du travail portant sur la recommandation de la Commission des normes, de l’équité de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) de déclencher nouvelle enquête sur les relations de travail à L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève, le maire, Normand Marinacci, nie tout problème de ce côté dans son arrondissement.

En entrevue mercredi à la station de radio 98,5 FM, M. Marinacci a résumé le problème du climat de travail dans son arrondissement au fait que certaines minorités d’employés résisteraient à des changements apportés par son administration.

«Le climat était vraiment mauvais quand je suis arrivé. J’ai fait des choses qui ont déplu à certains, notamment au niveau de la collusion et puis, là, on fait un gros drame, on intervient dans ce qui est sous les soins de la cour. On dit n’importe quoi de n’importe quelle façon», tonne-t-il.

Malgré deux enquêtes sur le climat de travail, dont une du contrôleur général qui a mené en 2015 au congédiement de la directrice d’arrondissement, Nancy Bergeron, depuis réintégrée dans ses fonctions, M. Marinacci a indiqué, en ondes, ignorer ce qu’on reproche à Mme Bergeron.

Le premier magistrat a, de plus tendu la main vers le syndicat des cols blancs, lui demandant de l’aider à «identifier les personnes qui auraient des plaintes à faire».

Réagissant aux propos de M. Marinacci, le président du syndicat des cols blancs, Alain Fugère, affirme que le maire est «habile».

«Il y a des mesures de représailles dans l’arrondissement. M. Marinacci veut qu’on mette des noms [sur les cas problématiques] pour pouvoir les ostraciser encore plus. M. Marinacci ne veut pas admettre la vérité. Qu’ont tous ces gens présentement en arrêt-maladie ? Ont-ils tous le cancer?», tranche Fugère en entrevue à TC Media.

La prochaine audience du tribunal administratif du travail portant sur la recommandation de la CNESST se tiendra le 17 janvier.

Troisième enquête
Le 7 décembre dernier, TC Media révélait que l’arrondissement conteste en cour une recommandation de la CNESST, qui souhaiterait voir une troisième enquête sur le climat de travail être ouverte.

Selon des documents obtenus par TC Media, notamment des rapports d’intervention produits par la CNESST les 1er et 17 juin derniers, la Commission juge qu’aucune des deux enquêtes réalisées en 2015 ne permet d’établir objectivement les faits et recommande qu’une nouvelle enquête soit enclenchée par un service extérieur à l’arrondissement crédible, dont le choix fasse consensus avec les représentants des travailleurs.

L’arrondissement s’oppose à cette suggestion, la jugeant notamment peu judicieuse étant donné les procédures judiciaires qui ont suivi les deux précédentes enquêtes, dans la foulée du renvoi et de la réintégration de la directrice d’arrondissement par intérim.

De son côté, le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, qui représente les cols blancs, voit d’un bon œil la proposition de la CNESST.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!