«Le logement n'est ni un caprice ni une marchandise, c’est un droit», selon François Saillant, coordonnateur du FRAPRU.

Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et ses groupes membres ont organisé des manifestations à travers la province, demandant au gouvernement fédéral 2 milliards $ de subventions de plus par année et de façon récurrente, pour les logements sociaux.

Organisée pour la journée canadienne de l’habitation, la manifestation de Montréal, qui comptait une centaine de personnes, s’est tenue dans le quartier de Villeray et a fini sa marche devant le bureau de circonscription du Premier ministre Justin Trudeau.

Le FRAPRU, qui s’occupe de la question du logement social, et ses groupes membres, ont organisé des actions à Québec, Gatineau, Shawinigan, Saguenay et Rimouski.

Ils souhaitent que lors de la présentation de la future Stratégie nationale sur le logement à l’hiver 2017, le gouvernement libéral de Justin Trudeau maintienne les subventions accordées actuellement à 531 000 logements sociaux au Canada, lorsque ces dernières viendront à échéance.

Ils demandent aussi que les logements sociaux qui ont perdu leurs subventions fédérales les récupèrent.

Au Québec, ce sont 113 650 logements tels que des coopératives, des Habitations à loyer modique (HLM) et des Organismes sans but lucratif (OSBL) qui sont concernés.

«Nous demandons 50 000 logements sociaux de plus à l’échelle du Québec et environ 1 300 supplémentaires pour le Plateau», explique Philippe Tellier-Desmarais, organisateur communautaire au comité logement du Plateau Mont-Royal.

Les organisateurs et participants à la manifestation dénoncent le fait que le gouvernement fédéral n’ait pas pris un engagement sur le long terme en ce qui concerne le financement du logement social.

M. Tellier- Desmarais souligne qu’actuellement le gouvernement donne deux milliards de $ de subventions par année et s’est engagé à continuer à donner deux milliards de plus cette année et l’année prochaine.

«Mais nous on demande que ce 2 milliards de plus soit récurrent et qu’il revienne chaque année», lance-t-il.

De nombreuses coopératives, OSBL, et HLM voient leurs subventions arriver à leurs fins, car celles-ci sont attribuées pour 35 ans. «S’il n’y a pas un engagement pris concrètement par le fédéral, les locataires vont potentiellement ne plus pouvoir habiter dans leurs logements, car leurs loyers vont beaucoup trop augmenter», mentionne-t-il.

En 2015, ce sont 10 000 logements sociaux au Québec qui ont perdu leurs subventions, selon François Saillant, coordonnateur du FRAPRU. Selon lui, «si le gouvernement Trudeau ne fait rien, contrairement à ce qu’il a promis, il va y en avoir encore plus.»

M. Saillant regrette que le fédéral ait arrêté de donner de l’argent au Québec pour une partie de ses HLM, car le provincial a alors décidé de ne pas les rénover :

«Ce sont des HLM de plus de 35 ans, et maintenant il n’y a plus de subventions pour améliorer, moderniser et rénover ces logements-là.»

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus