WHITECOURT, Alb. — William Gibb n’avait aucune idée de ce qui avait attaqué sa chienne Sasha dans le noir. Mais il était déterminé à sauver son husky.

Alors qu’il conduisait pour se rendre à son travail, à Grande Prairie, en Alberta, en compagnie de son frère, le lendemain de Noël, William Gibb s’est arrêté dans un Tim Hortons de Whitecourt pour rencontrer un ami autour d’un café.

Il en a profité pour laisser sortir ses deux chiens de son véhicule afin qu’ils fassent leurs besoins dans le boisé avoisinant. Il était environ 18h30. Peu de temps après, M. Gibb — un électricien originaire de Red Deer, en Alberta — a entendu son husky âgé de cinq ans crier de douleur.

Courant à son secours, M. Gibb était déterminé à sauver son animal de compagnie. Il a d’abord cru qu’un coyote s’en prenait à Sasha et il a asséné un coup à la tête de la bête qui se trouvait par-dessus son husky.

Il a toutefois réalisé par après qu’il s’agissait en fait d’un cougar.

Quand la chienne a reconnu son maître qui venait à sa rescousse, elle a couru à sa rencontre, en dépit de ses blessures.

«Je continuais de donner des coups au cougar. Il me donnait des sortes de coups de pattes en retour», raconte l’homme de 31 ans.

Quoi qu’il en soit, M. Gibb s’en est sorti indemne et sans aucune écorchure.

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada spécialisés en intervention auprès d’animaux sauvages se sont ensuite rendus sur les lieux et ont abattu l’animal, qui semblait prêt à passer à l’attaque de nouveau. Ils n’ont trouvé aucun autre cougar dans la zone.

Sasha, de son côté, a subi deux grosses plaies sur son torse, quatre perforations profondes à son cou et d’autres coupures et égratignures.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!