Heiko Junge/ The Associated Press

Depuis le début du procès d’Anders Behring Breivik le 16 avril dernier à Oslo, la Norvège offre une grande leçon de civisme à toute la planète. C’est l’image digne et forte d’un peuple uni face à la barbarie d’un homme.

Il a beau avoir massacré 77 personnes en juillet 2011, dès le premier jour du procès les procureurs, les experts-psychiatres et les avocats des parties civiles ont défilé devant Anders Breivik pour lui serrer poliment la main.

Le dernier acte de bravoure de bravoure des Norvégiens est cette gigantesque manifestation organisée à l’échelle du pays entier comme un acte de défi envers l’un des pires tueurs de masse de l’histoire.

En effet, la semaine dernière, en plein procès, Anders Breivik s’en est pris à Lillebjorn Nilsen, un chanteur populaire norvégien. Le tueur de masse a avoué détester l’une de ses chansons, «Enfants de l’arc-en-ciel». Selon Breivik, cette chanson représente l’exemple de marxisme qui lave le cerveau des écoliers. Ces marxistes culturels auraient infiltré les écoles du pays et affaibli la société norvégienne avec le multiculturalisme que Breivik exècre.

Juste après, un mouvement lancé sur Facebook a invité les Norvégiens à chanter cet hymne. Le mouvement a dépassé les attentes. Alors que 5000 participants avaient confirmé sur le réseau social leur participation, c’est dix fois plus de Norvégiens qui se sont amassés dans la capitale du pays. Des rassemblements similaires ont eu lieu ailleurs dans d’autres grandes villes du pays où des chanteurs improvisés avaient bravé la pluie.

Ainsi, le 26 avril 2012, sur la place Youngstorget, dans le centre d’Oslo, ils étaient quelque 40000 massés sous des parapluies à reprendre en chœur les «Enfants de l’arc-en-ciel». La foule a ensuite marché jusqu’au tribunal, déposant un tapis de roses rouges et blanches sur les marches et les barrières métalliques devant le palais de justice.

Cet hymne au multiculturalisme, une adaptation de «My Rainbow Race» de l’Américain Pete Seeger, est une chanson très populaire en Norvège. Le chant, appelle les enfants de couleurs différentes à vivre ensemble et à partager ce qui leur a été donné: «Les poisons, les bombent, ils pensent que nous en avons besoin… Ignorez-vous que vous ne pouvez pas tuer tous ceux qui ne croient pas vos paroles… Dites aux enfants qu’il est encore possible de croire à un monde meilleur…  Ensemble, nous allons vivre, chaque frère et chaque sœur, petits enfants de l’arc-en-ciel et d’une terre fertile…»

Cette chanson écrite dans les années 1970 comme une réponse prémonitoire aux massacres de juillet dernier est la meilleure réplique à l’absurde de la barbarie de Breivik.

La vidéo de l’évènement est ICI.

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!