Colin E. Braley/AP LeBron James (6) et l'entraîneur Randy Wittman

La nouvelle saison de la NBA, qui commence mardi soir, sera âprement disputée. Les champions en titre, le Heat de Miami, sont bien sûr favoris, mais les Lakers de Los Angeles, avec leurs nouvelles acquisitions, seront dans la course. Le Thunder, finaliste déchu, a perdu un de ses joueur vedette, mais compte toujours sur le meilleur marqueur de la ligue. Et que dire des Celtics, des Clippers, des Nets, des Nuggets…

Avouez que c’est un peu plus sexy que de parler de l’énième guerre de mots entre Gary Bettman et Donald Fehr.

Voici donc les histoires à surveiller cette saison dans la NBA.

  • LeBron et le Heat de Miami

«Je veux être le meilleur de tous les temps». Voilà ce que LeBron James a dit à Associated Press lundi. Apparemment, il n’est pas satisfait de ce qu’il a accompli au cours de la dernière année – championnat de la NBA, médaille d’or olympique, titre de joueur par excellence de la saison régulière et de la série finale –, et il en veut encore plus.

Cette simple citation devrait faire trembler la planète basketball. Au cours des dernières années, il était facile de critiquer James. Un joueur au talent immense, facilement le meilleur de sa génération, mais qui n’avait toujours pas remporté de championnat. De plus, un joueur qui avait annoncé son départ de l’équipe de sa région natale, les Cavaliers de Cleveland, en direct à la télévision.

En une seule saison magique, James a effacé tout cela. Maintenant, les gens se demandent combien de bagues de championnats LeBron collectionnera et certains vont même jusqu’à se demander s’il pourrait voler le titre de meilleur joueur de tous les temps à Michael Jordan.

Et LeBron n’est pas seul. Dwyane Wade est en santé cette saison, Chris Bosh vit bien avec son rôle de troisième violon et Ray Allen risque de s’amuser comme un fou derrière la ligne de trois points.

  • Encore les Lakers

Après la dernière saison, l’avenir des Lakers ne semblait pas si rose. Mais, comme cela arrive toujours avec cette damnée équipe, quelques transactions ont tout arrangé. En faisant l’acquisition de Steve Nash et de Dwight Howard, les Lakers sont redevenus de sérieux prétendants au titre. Il est vrai que l’équipe manque un peu de profondeur, que la défensive dans le périmètre sera un problème, que Kobe Bryant n’est plus tout jeune. Et alors? Quand Kobe, Nash, Howard, et Pau Gasol sont sur le terrain, les Lakers forment une des équipes les plus terrifiantes de la ligue.

En séries, quand les partants jouent beaucoup plus, leur manque de profondeur sera moins apparent. L’excellence de Howard autour du panier compensera pour les lacunes défensives de Nash et de Bryant. Et, surtout, Kobe, n’aura pas à tout faire seul. Si Mike Brown, l’entraîneur de l’équipe, convainc son vétéran de prendre moins de lancers – mission difficile s’il en est une –, les Lakers compteront sur une attaque diversifiée et très efficace.

  • Le Thunder sans James Harden

On peut voir le récent échange de James Harden de deux façons : une transaction réfléchie d’une équipe qui ne déroge pas de ses principes, ou une mauvaise transaction d’une équipe trop pingre pour payer un des meilleurs jeunes joueurs du circuit.

Il n’y a pas de doute qu’Oklahoma City a moins de chance de remporter le titre cette année sans James Harden. Par contre, il est évident que les propriétaires du Thunder n’avaient pas l’intention de payer la taxe de luxe, ce qu’ils auraient dû faire s’ils avaient offert le maximum à Harden.

Ce dernier ne voulait pas signer à rabais, donc un échange était inévitable. Mais pourquoi maintenant? Rien n’empêchait le Thunder de tenter de remporter le titre avec son trio étoile – Kevin Durant, Russell Westbrook et Harden – et d’échanger Harden à la fin de la saison.

Bon, ce qui est fait est fait. Soudainement, le Thunder ne sont plus les favoris dans l’Ouest, mais ils comptent toujours sur le deuxième meilleur joueur de la ligue – Durant – et sur un meneur de jeu explosif – Westbrook. Si Serge Ibaka continue à se développer à la position d’ailier fort (power forward), le Thunder a encore une chance.

En rafale :

  • Les Celtics de Boston sont les seuls qui peuvent PEUT-ÊTRE battre le Heat en finale de l’Est, surtout si Rajon Rondo connaît une saison du tonnerre. L’embauche de Jason Terry devrait aussi aider en ce sens.
  • Les Nets sont plus cools – déménagement à Brooklyn, nouveaux uniformes, Jay-Z comme propriétaire minoritaire – que bons. N’empêche, ils auront une belle rivalité avec les Knicks cette saison.
  • Chaque année c’est la même histoire. Les Spurs de San Antonio sont trop vieux… bla bla bla. Et chaque année, la troupe de Gregg Popovich nous fait mentir. Peuvent-ils surprendre dans l’Ouest? Qui sait?
  • On parle beaucoup des Nuggets de Denver en ce début de saison. L’ancienne équipe de Carmelo Anthony a beaucoup de profondeur et pratique un style d’attaque très divertissant. Cependant, elle ne compte aucun joueur étoile dans ses rangs, ce qui risque de lui nuire une fois en séries.
  • Chris Paul pourrait quitter les Clippers de Los Angeles à la fin de la saison. L’équipe californienne doit tout faire cette année pour convaincre le meilleur meneur de jeu dans la NBA de rester.

Aussi dans Brasse-Camarade :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!