Paul Chiasson Marc Bergevin

Le nouveau directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a été présenté aux médias montréalais mercredi après-midi au Complexe d’entraînement de l’équipe, à Brossard. Toutefois, si un touriste, qui ne connaît rien au hockey, était passé par la salle de conférence de presse, il aurait peut-être cru assister au couronnement d’un roi.

Pas à cause de l’attitude de Bergevin, qui est loin d’être hautain. Simplement à cause de la couverture médiatique de l’événement. En tout, plus de vingt caméramans étaient sur place, environ 8 photographes et j’ai arrêté de compter les journalistes quand je suis arrivé à 30.

Un combat de boxe entre Gabriel Nadeau-Dubois et Line Beauchamp n’attirait par autant de scribes.

En même temps, qui suis-je pour critiquer? J’étais aussi dans la salle (oui oui maman, ça se peut que tu me vois à RDS. Et je sais, j’aurais dû me peigner et me raser) pour prendre en note les affirmations du nouveau patron au Centre Bell.

Maintenant, parlons un peu de l’homme. Je connais très peu Marc Bergevin. Il a fait ses classes depuis sept ans dans l’organisation des Blackhawks de Chicago. Avant cela, il a joué comme défenseur durant 20 saisons.

Une chose saute aux yeux immédiatement, il est très sympathique. Blagueur, il a souvent déridé les journalistes durant son allocution, quelque chose, vous vous en douterez, que Pierre Gauthier n’avait jamais fait.

Impossible de savoir s’il redorera le blason du Canadien. Par contre, on sait que l’ambiance sera beaucoup moins morne au septième étage du Centre Bell. Ça fait toujours ça de gagné.

Aussi dans Brasse-Camarade :

blog comments powered by Disqus