Pierre Brassard | www.pierrrebrassard.com

Mercredi, 13 h 30, métro Berri-UQAM.

Nous avons rendez-vous à proximité du quai, en direction Montmorency, devant le comptoir où on vend des sacs, des bijoux et des étuis pour téléphones cellulaires. Elle descendra à Laurier. Moi, à Jarry.

Nous avons décidé de faire ensemble ce mini bout de chemin, parce que nous nous ennuyions l’une de l’autre et que, aussi absurde que cela puisse paraître, c’est le seul moment que nous trouvons pour nous voir à court terme dans nos vies folles.

Nous avons donc trois arrêts devant nous, avant qu’elle ne descende, la première.

Nous établissons un ordre du jour : je dois lui donner des informations relativement à l’imminent anniversaire d’une amie commune et je souhaite qu’elle me raconte comment se porte sa rédaction de thèse, car elle respecte des échéan­ces serrées ces jours-ci.

Il faut que je vous parle encore un peu d’elle, d’Andréane. De cette grande complice que je connais depuis presque toujours, «l’avant-toujours» ne comptant pas vraiment, si petites étions-nous alors.

Elle possède l’humanité et la sagesse de Gandhi, la beauté de Juliette Binoche et le courage de Jeanne d’Arc. Et malgré les épreuves, le temps qui lui manque cruellement, la somme colossale de boulot qui se dresse devant elle comme la vague immense du générique d’ouverture d’Hawaï 5-0, elle surfe habillement sur la vie en domptant les tempêtes. Sachant toujours jeter l’ancre devant ceux qu’elle aime pour leur donner le meilleur d’elle-même.

Arrive la station Laurier. Andréane reste là, bien agrippée au poteau et à mes mots : «Continue, je descendrai au prochain…»

Ainsi, elle aura triché et allongé sa route de trois arrêts supplémentaires avant de revenir sur ses pas, en accusant un léger retard, au profit de notre petit moment roulant.

Avant qu’elle ne descende, je la serre fort dans mes bras et la remercie d’avoir fait une si jolie jambette à l’ordinaire.

Le philosophe américain H.D. Thoreau a un jour dit : «La vie est trop courte pour être pressé.» J’ajouterai qu’elle est bien belle, cette vie, quand on la chance d’avoir une si précieuse amie.

Aussi dans Hors du commun :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!