Vous n’allez jamais deviner qui m’a appelée la semaine dernière! François! François? Oui, le François de ma première «vraie» date, qui m’avait fait miroiter mer et monde, qui ne m’avait jamais redonné de nouvelles après une promesse d’invitation à souper.

Lundi passé en fin d’après-midi, mon téléphone sonne. Je vois sur mon afficheur que le nom inscrit est celui du resto où François travaille. Disons que je l’ai trouvé à ce moment pas mal culotté d’oser me rappeler!

J’ai hésité quelques secondes avant de décrocher. J’aurais bien pu ne pas répondre et voir quel genre de message il m’aurait laissé – et voir premièrement s’il m’en aurait laissé un! –, mais j’étais bien trop curieuse de savoir ce qu’il allait bien pouvoir me raconter.

– Allo?

– Salut!

– C’est qui?

– Un revenant!

– Ah oui, un revenant? Je ne vois vraiment pas c’est qui!

– C’est François…

– Ah ben oui, un revenant!

– Je suis désolé de ne pas t’avoir rappelée plus tôt, j’ai été pas mal occupé avec des trucs familiaux ces derniers temps…

– Hum… Que me vaut l’honneur de cet appel?

– Je me demandais si tu voudrais prendre un verre ce soir.

(Je pense dans ma tête : «CE soir! Tu ne me donnes pas de nouvelles pendant deux mois et tu crois que, dès que tu réapparais dans le portrait, je vais me jeter à tes pieds? Tu te mets le doigt dans l’œil, mon beau!»)

– Hum, je ne peux pas ce soir, j’ai déjà quelque chose.

– Jeudi d’abord?

– Peut-être bien, je t’appelle jeudi.

Comme vous vous en doutez peut-être, je ne l’ai pas rappelé le jeudi suivant.

En raccrochant, je me suis interrogée sur la raison de son appel. Voulait-il vraiment me revoir ou voulait-il une présence féminine, et en regardant les noms de filles dans son répertoire téléphonique, il s’est dit : «Ah Juliette, je l’avais oubliée celle-là, je pourrais peut-être la rappeler?»

Finalement, je ne saurai jamais ce qu’il avait derrière la tête ce jour-là, mais en discutant de son cas avec mes copines, nous en sommes venues à la conclusion que la perception du temps chez les filles et les garçons est bien différente.

Quand une fille dit «Je t’appelle en début de semaine, on va se faire un souper», elle appelle le lundi, le mardi, ou peut-être, à l’extrême, le mercredi.

Quand un gars dit «Je t’appelle en début de semaine, on va se faire un souper», il va probablement t’appeler le jeudi, le vendredi ou bien deux mois plus tard!

C’est un peu comme quand on rencontre un gars et que ça clique – nous les filles, nous voulons le revoir rapidement. Les gars, eux, peuvent souvent laisser passer des jours et même des semaines avant de redonner des nouvelles. C’est vraiment fascinant comme on peut être différents!

Je crois qu’à partir de maintenant, je vais me répéter ça comme un mantra : les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus, les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus…

Aussi dans Juliette, l'éternelle célibataire :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!