Restez naturel et n'en rajoutez pas!

La semaine dernière, je suis allé souper dans un restaurant chic de Montréal. Au premier abord, l’accueil fut excellent. À peine étions-nous entrés que le serveur nous souhaitait la bienvenue en grandes pompe et s’empressait de nous débarrasser de nos manteaux. C’est quand il a accouru de l’autre bout de la salle pour tirer ma chaise afin que je m’assoie que j’ai commencé à trouver ça un peu lourd.

S’en est suivi une ribambelle de «Je vous remercie infiniment… si Monsieur veut bien se donner la peine… merci de l’extrême amabilité de Monsieur… mais certainement, j’y cours de ce pas mon Seigneur…», le tout couronné de courbettes et de salutations à reculons… Au bout de 20 minutes, son omniprésence pour s’assurer de notre entière et extraordinaire satisfaction me tombait sérieusement sur les nerfs. À la fin du repas, je n’en pouvais carrément plus.

N’importe quelle qualité ou trait de caractère devient un défaut quand il est poussé à l’extrême. C’est valable en entrevue, mais aussi une fois en poste et même dans la vie quotidienne. Si vous êtes minutieux, c’est bien. Si vous l’êtes trop, cela devient un handicap qui vous fera perdre du temps. Il faut être poli, oui, mais si vous exagérez, vous aurez l’air d’un têteux… ou d’un Français!

La gentillesse est une chose appréciable, mais être trop gentil donne l’impression que vous manquez d’assurance. Dans certaines situations, cela peut même mettre les gens mal à l’aise. Je pense à mes dernières vacances où, à l’entrée d’un hôtel, un valet s’était proposé de nous accompagner à notre chambre tout en portant nos valises. Avec ma femme, le pauvre était mal tombé. Il portait une valise dans chaque main, poussait un chariot du bout du pied tout en charriant deux gros sacs sur son dos. Il arrivait à peine à faire un pas devant l’autre et, pourtant, croyez-le ou non, il me demanda de lui confier l’unique petit étui à appareil photo que j’avais sur l’épaule. Bien que je lui dis que c’était correct, il insista jusqu’à me supplier de le lui confier. Que voulez-vous… j’ai fini par céder en le trouvant assez étrange. 

Quelles que soient vos bonnes intentions, assurez vous qu’elles soient bien dosées. Les adeptes de Canadian Idol vous le confirmeront : les excentriques nous font bien rire, mais ce sont les plus équilibrés qui gagnent la compétition. Restez naturel et n’en rajoutez pas!

Aussi dans La chasse aux emplois :

blog comments powered by Disqus