Paul Chiasson/La Presse canadienne Patrice Bernier assure un lien essentiel entre les jeunes joueurs, les vétérans et le staff technique au sein de l’équipe canadienne dirigée par Octavio Zambrano.

C’est devant un peu plus de 6 000 spectateurs réunis au Stade Saputo que le Canada s’est imposé par la marque de 2-1 face à Curaçao, mardi soir.

Une victoire compliquée, mais méritée pour la sélection masculine, dont la préparation en vue de la Gold Cup, qui se tiendra aux États-Unis du 7 au 26 juillet, bat son plein.

Alors qu’on semblait se diriger vers une nulle de 1-1, Anthony Jackson-Hamel, un habitué des fins de match tonitruantes dans l’enceinte montréalaise, a donné la victoire aux siens à la 87e minute en effectuant une frappe d’une vingtaine de mètres qui n’a donné aucune chance au gardien curacien.

Entré à la 61e minute de jeu à la place de Cyle Larin, le natif de Limoilou a été le meilleur Canadien sur le terrain, éclipsant la performance du joueur d’Orlando City, encore et toujours décevant dans le maillot unifolié. Celui qui est on ne peut plus flamboyant avec son club en MLS affiche une apathie aussi constante que gênante lorsqu’il endosse le maillot de l’équipe nationale. Cette réalité pourrait jouer en faveur de Jackson, qui possède tous les atouts pour lui ravir le poste d’attaquant titulaire avant le début de la compétition continentale.

Bien que satisfait du travail accompli, le sélectionneur Octavio Zambrano est conscient qu’il y a encore énormément de travail à abattre pour que ce groupe atteigne un niveau acceptable pour entamer le tournoi CONCACAF.

«Nous sommes à environ 30% d’où nous désirons être. Il y a eu des embûches, mais c’est typique d’un premier match, a-t-il souligné après ses débuts à la barre de la sélection masculine. Nous n’avons eu que sept séances d’entraînement avec ce nouveau groupe, alors cela ne m’inquiète pas vraiment. Lorsque débutera la Gold Cup, nous devrions être autour de 70%, et nous pouvons accomplir beaucoup plus que ce à quoi on s’attend de nous au cours de ce tournoi.»

Après une première demie plutôt terne, le Canada s’est montré dominant au deuxième engagement. L’entrée en scène à la 53e minute de jeu d’Alphonso Davies est venue confirmer l’ascendant local, permettant par ailleurs la permutation de Junior Hoilett, transparent jusque-là, au flanc droit, où il s’est avéré beaucoup plus menaçant dans le tiers adverse.

Fidèle à son habitude, Patrice Bernier a disputé 78 solides minutes dans son rôle de Capitaine Canada. Il a été rassurant sur le terrain, mais son apport dans le projet de Zambrano semble être plus holistique, alors qu’il assure un lien essentiel entre les jeunes joueurs, les vétérans et le staff technique.

Davies marque l’histoire
Alphonso Davies a marqué l’histoire du soccer canadien devenant, à 16 ans, 7 mois et 12 jours, le plus jeune joueur à prendre part à un match de la sélection nationale.

Le milieu de terrain est né en 2000 dans un camp de réfugiés du Ghana, alors que sa famille fuyait la guerre civile au Liberia. Il a prêté serment en tant que nouveau citoyen canadien la semaine dernière à Vancouver.

Aussi dans Le footeur :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!