Peter McCabe/La Presse canadienne Ballou Tabla, à droite

Les aspirations européennes de Ballou Tabla n’ont jamais été un secret pour personne, surtout pas pour l’état-major de l’Impact de Montréal.

Les qualités techniques du joueur de 18 ans parlent d’elles-mêmes et font écarquiller bien des yeux, en Amérique du Nord, comme de l’autre côté de l’Atlantique. Son éventuel départ est donc une réalité à laquelle le club et ses partisans sont résignés depuis déjà un bon moment.

L’entente de deux ans, parafée en octobre dernier, laissait cependant croire que le joyau fleurdelisé allait disputer à tout le moins une saison complète à Montréal, avant de mettre le cap sur le Vieux Continent dans un transfert, synonyme de retombées substantielles pour le Bleu-blanc-noir.

Un dénouement qui semblait des plus profitables pour les deux partis, non seulement sur le plan financier, mais aussi sportivement parlant: morceau important de l’effectif de Mauro Biello en 2017, le milieu de terrain a accumulé 16 sorties MLS, dont 10 titularisations, pour 997 minutes de jeu. Une continuité dans un contexte de haut niveau d’une valeur incommensurable dans le développement d’un joueur de cet âge. Peu importe son talent.
C’était malheureusement sans compter sur l’empressement, aussi étonnant que soudain, du clan Tabla, mené par l’agent et le père du joueur. Le refus de l’Impact de donner suite à une offre, jugée insuffisante, en provenance d’un club européen de deuxième division a froissé l’entourage du joueur qui, criant à l’injustice, a décidé d’aller au clash avec le club, forçant une impasse qui pourrait bien s’éterniser.

«En Europe, il y a tout plein de jeunes avec le même talent. Il faut voir quel est le meilleur projet pour [Ballou]. Pour le moment, il nous appartient et je compte bien continuer à l’utiliser, car il a bien fait pour nous cette saison.» – Mauro Biello, entraîneur de l’Impact

Depuis lundi, Ballou ne se rapporte plus à son club, qui étudie présentement avec la MLS les mesures à prendre face à cette défection, qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle de son mentor Didier Drogba, l’an dernier.

Une attitude pour le moins regrettable venant, qui plus est, d’un joueur qui n’a encore rien cassé chez les pros, malgré quelques échantillons d’un talent indéniable. S’il est vrai que le jeune joueur n’est possiblement pas le premier à blâmer pour les décisions de ses représentants, c’est tout de même lui qui risque le plus gros dans cette regrettable saga.

On peut espérer que le bon sens et les intérêts du petit, surtout, aient le dessus sur l’appât du gain rapide. Mais c’est loin d’être gagné d’avance dans un univers où le respect des processus est une vague utopie.

Aussi dans Le footeur :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!