Lors de sa présentation, mercredi dernier, Rémi Garde a expliqué qu’avant de se lancer dans la construction de ses effectifs pour 2018, sa priorité est de composer son staff technique.

Moins d’une semaine plus tard, on apprenait dans un communiqué officiel de l’Olympique Lyonnais que l’entraîneur des gardiens du club, l’ex-international français Joël Bats, 60 ans, avait demandé au club de Ligue 1 de mettre un terme anticipé au contrat qui les liait jusqu’en juin 2019, afin de rejoindre Garde au sein du staff technique montréalais, dès décembre prochain.

Du côté du Bleu-blanc-noir, on n’a pas voulu confirmer ou infirmer la nouvelle, mais un représentant du club m’a mentionné hier que, bien que rien ne soit encore finalisé, «ça regarde bien».

Celui qui a passé les 17 dernières saisons à travailler auprès des portiers de l’OL, collaborant avec pas moins de huit entraîneurs différents durant cette période, dont son bon ami Rémi Garde, remplacerait donc Jack Stern, qui a été remercié en même temps que Mauro Biello et le reste des assistants au terme de la saison 2017.

Le parcours de Bats laisse cependant présager qu’en plus de diriger les gardiens de l’Impact, il pourrait assumer d’autres responsabilités. Après avoir accroché ses gants alors qu’il jouait pour le Paris Saint-Germain, à la fin de la saison 1991-1992, celui qu’on surnomme Batsman, prend place dans le groupe d’entraîneurs du club parisien à titre d’adjoint. En 1996, il est promu co-entraîneur aux côtés du Brésilien Ricardo Gomes. Le duo restera à la tête du PSG jusqu’en 1998.

Après l’aventure parisienne, Bats traîne son balluchon à Châteauroux, où il dirige le club de Ligue 2 une seule saison, avant de prendre le chemin de Lyon en 2000, pour y faire sa niche comme entraîneur des gardiens pour les 17 années suivantes. Par ailleurs, en 2011, alors que Rémi Garde est élu pour succéder à Claude Puel à la tête des Gones, Bats fait office d’entraîneur pendant quelques mois, alors que le premier complète les formations requises pour tenir ce poste au niveau professionnel.

Si son CV le qualifie d’office pour être un entraîneur-adjoint chevronné en MLS, une chose est certaine: peu importe le rôle que jouera Joël Bats aux côtés de Rémi Garde chez l’Impact, on peut d’ores et déjà voir un contraste criant avec le groupe d’entraîneurs mené par Mauro Biello au cours des dernières saisons, dont la principale faiblesse aura été le manque d’expérience au plus haut niveau de chacun de ses membres.

L’homme qui a fait pleurer le Brésil
Joël Bats compte 50 sélections en équipe de France, avec laquelle il a remporté l’Euro en 1984.

Mais c’est lors de la coupe du monde de 1986 qu’il a marqué les esprits. Opposé au Brésil en quarts de finale, Bats frustre nul autre que Zico sur penalty, alors que le score est 1-1 avec moins de 15 minutes à faire.

Puis, aux tirs au but, le cerbère français stoppe une autre légende auriverde, Doutor Sócrates, mettant ainsi la table au passage des Bleus en demi-finale.

Quatre jours plus tard, la France s’incline 2-0 devant l’Allemagne, mais la légende de celui que plusieurs appellent encore aujourd’hui «le meilleur gardien français de tous les temps» était née.

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!