On l’a déjà oublié, ou presque. Après une semaine de célébrité, on en a fait le tour, on a bien ri, on l’a exploité un peu partout, mais là, hop! Aux vidanges. Next! Qui sera la prochaine star instantanée de l’internet? Plein de brillants blogueurs doivent déjà être à la chasse.

Reculons il y a une semaine jour pour jour. On aurait écrit ceci :Elle est devenue l’artiste chouchoute des Québécois. Elle est à la fois drôle et touchante. Elle nous fait rire, elle nous fait pleurer, elle nous fait réfléchir. Elle a le naturel désarmant d’une grande dame. Elle nous représente dignement comme peuple. Elle mérite pleinement le temps d’antenne qu’on lui consacre partout. Guylaine ne se gêne pas, c’est une femme d’expérience. Et Francis Martin ne l’a-t-il pas dit? Quand on se donne à une femme (qui a trop) d’expérience, on met son innocence dans la balance.

Guylaine Gagnon.

Non, son père n’est pas «riche en tabarnak». Non, elle ne se vante pas de boire «Tequila, Heineken, pas le temps de niaiser». Ses vidéos sont aussi attendus que celle du maire de Toronto en train de… «ne pas fumer du crack». Déjà, grâce aux médias d’ici (à ne pas confondre avec les médias d’ICI, on ne veut pas de poursuite, merci), elle a droit à des occasions en or. Si l’on en croit une compagnie de production québécoise, elle jouera bientôt dans son premier film. Pour adultes. Nous imaginons que ses proches célébraient sa nouvelle notoriété, puisqu’il nous a été impossible de les joindre. Ça, ou ils étaient trop occupés à changer de nom et à cacher leur honte.

Guylaine Gagnon a le droit de vote. Guylaine Gagnon a un enfant. On a fait de Guylaine Gagnon une star.

On a de quoi être fier.

Le jour où Dieu a distribué la classe, Guylaine Gagnon était partie magasiner chez Winners.

Ouais, on a tous bien ri de cette dégénérée la semaine dernière. Cette semaine, le rire passé, on n’en a plus rien à foutre. Est-elle équipée mentalement pour comprendre ce qui s’est passé? Poser la question, c’est y répondre.

On veut zéro être moralisateurs, et on a nous-mêmes regardé ses vidéos… On a juste l’impression qu’un moment donné, ça va mal finir.

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Les Justiciers masqués :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!