Dans les dernières semaines, plusieurs amis et connaissances ont eu à faire face à la mort d’un proche. Certains d’entre eux se sont naturellement tournés vers Facebook pour exprimer leur tristesse, leur incompréhension ou pour vivre leur deuil. Dans une certaine forme d’hommage, mes amis publiaient des statuts en mentionnant la personne dans leur publication ou encore en allant écrire quelques mots sur le mur de son journal.

Les plus cartésiens diront que ça ne sert à rien, puisque la personne est morte, elle ne verra jamais ses messages sur Facebook. Ne jugez pas trop vite, c’est parfois l’étape ultime  qui aide à faire son deuil, un peu comme un dernier mot avant le grand départ…

Qu’advient-il de ses réseaux sociaux après sa mort?
Je vous l’accorde, ce n’est pas un sujet très gai que de penser à la mort. Ceci dit, plusieurs ont souscrit à une assurance-vie, rédigé un testament, choisi un tuteur pour les enfants s’il arrivait un malheur. De temps en temps, je me questionne sur “l’après”. J’ai partagé mes désirs pour mes dernières volontés (que je ne souhaite pas pour bientôt, je vous rassure, je vais bien), mais je n’ai pas considéré mes dernières volontés “sociales”. À qui devrais-je confier mes identités numériques après ma mort? Et je me suis rappelé les propos de Michelle Blanc, experte en médias sociaux qui, déjà en 2008, se souciait de son testament numérique.

Nommer un exécutant testamentaire pour votre compte Facebook
Facebook annonçait donc dernièrement la possibilité de « léguer » votre compte à un proche après votre décès. Cette nouvelle fonctionnalité permettra à un proche que vous aurez préalablement délégué de :

  • modifier votre photo de profil
  • publier un statut spécial qui sera ancré dans le haut de votre journal
  • accepter des demandes d’amis.
  • publier sur votre journal
  • télécharger des photos et des statuts postés par le membre décédé

Le légataire n’aura pas accès à vos messages privés, ne pourra pas publier de statut en votre nom ni supprimer des publications passées ou encore votre compte au complet. Facebook offrait déjà la possibilité de transformer un compte en compte commémoratif, sous la présentation d’un avis de décès, mais l’accès par un tiers était pratiquement impossible.

En ce qui concerne les autres réseaux sociaux, chacun a sa politique concernant les comptes inactifs, donc à vous d’y voir à la pièce.

Facebook tente aussi de prévenir le suicide
Quelques jours après l’annonce de cette nouvelle fonctionnalité, nous apprenions que Facebook allait mettre en place une forme d’aide pour intervenir auprès des personnes ayant des idées suicidaires. Le principe fonctionnerait à peu près de la même façon que lorsque vous signalez du contenu inadéquat. Vous serez d’abord invité à communiquer avec votre ami en détresse. Vous pouvez aussi demander à Facebook d’intervenir directement.

Votre ami sera alors automatiquement déconnecté. Lorsqu’il tentera de se connecter à nouveau, un message lui conseillant de parler à quelqu’un lui sera proposé.

facebook-suicide1-450x800 Capture d'écran Facebook - suicide 1

Jeunesse, j’écoute et Facebook Canada ont créé un guide à l’intention des jeunes pour les aider à interpréter les signes d’un ami qui ne file pas ainsi que pour intervenir ou l’aider.

Allez, je vous laisse. Prenez le temps de notifier ceux que vous aimez…

Aussi dans Les notifications de @MarikaMTL :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!