©2016 YouTube, LLC Kevin Spacey dans House of Cards

Êtes-vous dans la folie House of Cards comme moi? J’attendais avec impatience la diffusion de la quatrième saison, en ligne sur Netflix depuis le 4 mars. Je me suis précipitée  sur la série comme la misère sur le pauvre monde. Soyez sans crainte, je ne jouerai pas les divulgâcheurs, je vous laisse à votre bingewatching, (ou l’écoute en rafale si vous préférez). C’est d’ailleurs ce que nous suggère le cruel Frank Underwood sur Twitter. 

Orchestrée au quart de tour, l’ensemble de la campagne marketing adoptée par House of Cards, est captivante.  Une fausse publicité électorale de Frank Underwood a été diffusée sur CNN lors du débat républicain en décembre et la bande-annonce présentée lors des Golden Globes a alimenté les plus accrocs.

La série phare de Netflix ne lésine pas en frais de présence sociale. Une danse parfaite entre les pages Facebook de Netflix et de House of Cards; Frank Underwood dispose également de son propre compte Twitter, en plus bien évidemment des comptes de Netflix et de House of Cards en soi. Lorsque l’on s’abonne à Frank Underwood, nous recevons un message privé – automatisé – mais on y croit.

Frank Underwood private message

Il existe même un hashtag spécifique #FU2016 auquel s’ajoute le branding de la campagne. Très fort (et probablement très cher!)

#FU2016

 

Le compte Instagram de House of Cards est parfaitement dosé, titille sans dévoiler d’intrigues. Même Doug Stamper a fait son apparition sur le Snapchat de Netflix! En fait, aucun punch n’est dévoilé à proprement dit car, tout comme le côté calculateur des protaganistes, chacune des publications constituent un build-up, deviennent des indices d’une histoire encore plus grosse, des éléments d’intrigues qui donnent envie aux téléspectateurs de savoir de quelle situation cette publication est tirée

Des contenus parfaitement adaptés aux plateformes: un décompte visuel pour attiser les plus fébriles, des vidéos courtes et punchées, des citations percutantes, des gifs animés: tout est irréprochable.

Dans l’ère du temps

Dans cette quatrième saison, nous faisons la connaissance de William Conway, gouverneur de l’État de New York, principal opposant de Frank Underwood dans la course présidentielle. Jeune politicien ambitieux dans la trentaine, il utilise le web et les médias sociaux à fond, publiant régulièrement des vidéos de sa vie de famille, réalisant des webcast qui font exploser les sondages, scrutant les statistiques de visites de son site web, s’adonnant sans inhibition au selfie… ça vous rappelle quelque chose?

Jouant le jeu complètement, l’équipe Frank Underwood a mis en ligne son propre site web de campagne, fu2016.com.  En pleine «vraie» campagne américaine. Le timing ne pouvait être aussi parfait. Même un kit média, avec bannières, badges, macarons etc. permet à ses supporters d’afficher leurs couleurs. Lorsque vous aurez complété votre marathon, ne manquez pas de visiter l’onglet de la Première Dame sur le site web de campagne. Je ne vous en dis pas plus…

Pour suivre la discussion sur les différentes plateformes:

Netflix sur FacebookTwitterInstagram, YouTube et Snapchat

House of Cards sur FacebookTwitterInstagram, Wiki de la série (la chaîne YouTube n’est pas disponible au Canada)

En bonus, le recap sympathique de la saison 3, présenté par Mashable. Bonne écoute!

Aussi dans Les notifications de @MarikaMTL :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!